dbnestpasmort_couv

Sonia David – David Bowie n'est pas mort – Editions Robert Laffont – 174 p. - #MRL17

4ème de couverture : 

"Ma mère est morte. Mon père est mort. David Bowie est mort. Ce ne sont pas uniquement de mauvaises nouvelles."

A un an d'intervalle, Anne, Hélène et Emilie perdent leur mère, puis leur père. Entre les deux, David Bowie lui aussi disparaît. Dans l'enfance d'Hélène, la "sœur du milieu", le chanteur a eu une importance toute particulière, dont le souvenir soudain ressurgit. Alors, elle commence à raconter…

Sur les thèmes inépuisables de la force et de la complexité des liens familiaux, de la place de chaque enfant dans sa fratrie, voici un roman d'une déconcertante et magnifique sincérité. 

Mon avis sur ce livre :

Comment aborder le deuil sans pathos ? Comment faire face à la perte, à l'absence, aux souvenirs qui affluent ? Plus qu'un livre sur le deuil et la perte des êtres chers, c'est aussi une formidable histoire de sœurs que l'auteur nous raconte. Comment trouver sa place dans une fratrie, particulièrement quand on est la "sœur du milieu" ? C'est ce qu'Hélène nous explique à travers ces lignes en s'interrogeant sur sa vie, sa famille, ses souvenirs…

A travers la maladie, le deuil, la séparation, le récit d'Hélène, nous offre une plongée dans l'intimité de sa famille et analyse tout en finesse les relations développées entre ses membres : une mère plutôt distante qui a tendance à diviser pour mieux régner, un père adoré qui semble immortel, trois sœurs qui vont réussir à faire bloc face à la maladie de leurs parents.

Finalement ces deuils sont un peu les nôtres. Ils nous questionnent sur nos propres relations familiales, sur notre propre capacité à affronter l'absence, la mort, la maladie. Des sujets graves et essentiels qui sont ici traités d'une façon que j'ai particulièrement aimée. Car si le sujet est douloureux, l'auteur a su trouver les mots justes pour dédramatiser ces moments de chagrins et de perte. Sonia David emploie un ton plutôt humoristique pour nous parler de la perte de ses parents "En France, la mort requiert un nombre inimaginable de preuves. Le cercueil suffit ? N'y pensez même pas. Et je me dis que c'est peut-être pour ça qu'a été créée l'application Excel (bénie soit-elle), pour aider les gens à organiser les preuves de disparition de leurs proches : Anne dit qu'elle va faire un tableau récapitulatif, ce qui, logiquement devrait simplifier la vraie mort de la vie de maman." Avec ce ton décalé, qui nous oblige à sourire, et cette lucidité face à l'absurdité de certaines situations, l'auteur réussit le tour de force de dédramatiser la mort.

J'ai beaucoup aimé ce roman qui traite de la perte d'un proche, de l'absence, de la maladie, de la complexité des relations familiales avec légèreté et tendresse et qui nous fait prendre conscience que faire face au deuil nous apprend souvent beaucoup sur nous-mêmes et sur notre rapport aux autres et à l'essentiel.