inaccessibles_couv

Katharine McGee – Inaccessibles – Tome 1 : La tour aux mille étages – Editions Michel Lafon – 411 p. – Traduction Isabelle Troin

4ème de couverture : 

Bienvenue à Manhattan en 2118

New York est à la pointe de l'innovation et du rêve. La ville est désormais une tour de mille étages où les plus aisés vivent à son sommet. Tout semble parfait, lisse et idéal.

Jusqu'au jour où une jeune femme tombe du millième étage…

Meurtre ou accident ? Les suspects sont nombreux. La belle et riche Eris, qui découvre un secret familial terrible ? Rylin, qui travaille pour un garçon des étages supérieurs ? Watt, qui espionne tout le monde grâce à une IA qu'il a créée ? Leda, qui cache une addiction ? Ou Avery, la plus parfaite de tous, qui habite le penthouse du millième étage ? Entre soirées débridées, glamour et petits secrets entre amis, la Tour aux mille étages va révéler ses mystères.

Plus dure sera la chute…

Mon avis sur ce livre :

J'avais déjà repéré ce titre sur les sites US car j'adore les livres chorales et les intrigues qui se passent dans un même lieu. Ici le terrain de jeux est vaste puisque les personnages disposent de mille étages pour s'en donner à cœur joie. Sachant que plus on est riche, plus on vit en hauteur et moins on a de chances de fréquenter les habitants des étages les plus bas. Difficile à partir de là de ne pas avoir l'impression d'être dans une sorte de Gossip Girl dystopique car tous les ingrédients sont réunis. Les filles parfaites, sans souci d'argent, fréquentant une école pour l'élite et où le paraître est beaucoup plus important que ce que l'on est. Le bad boy plein aux as, orphelin qui ne sait pas vraiment comment passer le temps (hello Chuck !), la fille parfaite un peu border line, celle qui a perdu sa mère et doit trimer pour s'en sortir et s'occuper de sa jeune sœur, le garçon sans argent mais super intelligent qui ne fait pas toujours les bons choix, amoureux de la fille parfaite… Bref vous l'aurez compris on est dans un page-turner où romance, thriller, coups-bas et personnages caricaturaux se mélangent allègrement.

Tout était finalement réuni pour faire une pâle copie des séries pour ados sans grand intérêt et plutôt convenue mais à ma grande surprise… j'ai adoré. Alors oui, je suis consciente que ça n'est pas franchement de la grande littérature et que l'on est face à pas mal de clichés… mais n'empêche, je me suis laissée prendre au jeu. Peut-être que j'étais simplement d'humeur à lire ce genre d'histoire, peut-être que j'avais envie de quelque chose de simple, de dynamique, d'un peu jubilatoire je l'avoue (car quelquefois je prends plaisir à deviner les rebondissements) mais ça fait du bien de temps en temps de lire un bon divertissement, sans se prendre la tête, et avec des personnages que l'on aime détester. J'ai beaucoup aimé l'univers de la Tour qui devient finalement un personnage à part entière et les trouvailles du quotidien : le maquillage (on ne se refait pas), la domotique, les déplacements qui mettent le monde à quelques minutes, le quotidien et le fait que malgré toutes cette technologie les aspirations des personnages sont les mêmes qu'aujourd'hui. Finalement le cœur humain n'évolue pas, il aspire à trouver l'amour, il est confronté à l'envie, à la jalousie, au deuil, à comment affronter la perte d'un être cher, la peur d'être différent… J'ai adoré le "personnage" de Nadia l'IA de Watt, j'aurai adoré qu'elle soit un peu plus présente tout au long du roman et qu'elle prenne un peu plus d'ampleur dans l'intrigue, voire peut-être qu'elle se rebelle ? Un bilan positif pour ce roman que j'ai vraiment apprécié tant au niveau de l'intrigue, que de l'univers créé par l'auteur, que des personnages même si ces derniers mériteraient d'être un peu plus travaillés afin qu'ils prennent de la consistance.

Finalement ce roman fut mon plaisir coupable du mois de mars et je remercie Livraddict et les éditions Michel Lafon pour ce bon moment de lecture.  Il me semble qu'il y aura une suite, déjà annoncée pour 2017 en VO.