petitpays_couv

Gaël Faye – Petit pays – Editions Grasset – 217 p. - #MRL16

4ème de couverture :

"Au temps d'avant, avant tout ça, avant ce que je vais raconter et le reste, c'était le bonheur, la vie sans se l'expliquer. Si l'on me demandait "Comment ça va ?" je répondais toujours "Ca va !". Du tac au tac. Le bonheur, ça t'évite de réfléchir. C'est par la suite que je me suis mis à considérer la question. A esquiver, à opiner vaguement du chef. D'ailleurs, tout le pays s'y était mis. Les gens ne répondaient plus que par "Ca va un peu". Parce que la vie ne pouvait plus aller complètement bien après tout ce qui nous était arrivé".

G.F.

Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l'harmonie familiale s'est disloqué en même temps que son "petit pays", le Burundi, ce bout d'Afrique centrale brutalement malmené par l'Histoire. 

Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d'orage, les jacarandas en fleur… L'enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Mon avis sur ce livre :

Le récit de l'innocence perdue et de l'enfance dévastée à travers les yeux d'un enfant qui va voir son petit monde protégé se fissurer avant d'exploser face à la folie des hommes et aux atrocités d'une guerre incompréhensible.

Gabriel vit au Burundi, petit pays voisin du Rwanda où ses préoccupations sont avant tout les copains, sa famille avec des parents qui ne s'entendent plus et le départ de sa mère qui retourne dans son pays le Rwanda, les petites tracasseries du quartier… Même si sa vie n'est pas toute rose avec une mère partie et les absences régulières de son père… les copains sont là et la petite bande se retrouve pour faire les quatre cent coups dans le quartier. Pour Gabriel c'est le point d'ancrage de son quotidien et l'oubli pendant quelques heures de ses problèmes familiaux : l'amitié, les parties de rigolade, les réunions dans le vieux combi Volkswagen au milieu du terrain vague… Mais la guerre ethnique qui sort de l'ombre au Rwanda va les rattraper et les heurter de plein fouet. La folie du monde va rattraper Gino, Armand, les jumeaux et les changer à jamais. La guerre qui fait rage au Rwanda atteint le Burundi et il n'est plus possible de fermer les yeux quand la famille et les copains sont directement touchés dans leur chair.

Le livre se découpe en deux parties bien distinctes, la premières qui met l'accent sur l'enfance, la vie de quartier avec les copains… et la seconde partie sur la guerre et ses conséquences sur le petit monde de Gabriel et de ses copains. La population se déchire, les gangs de rues font la loi et les voisins deviennent des ennemis potentiels… Les cadavres laissés au bord des routes sont devenus le paysage quotidien de Gabriel et la peur se distille à l'intérieur des foyers. Touché au cœur par la guerre à travers le destin de sa famille maternelle, Gabriel se retrouve confronté à la violence absurde d'une guerre basée sur le simple fait d'être venu au monde… Comment affronter le quotidien, les amis disparus, les repères dissouts dans tout ce chaos sans perdre son âme et son humanité ?

Avec ce premier roman Gaël Faye réussit le tour de force de mettre en lumière la bonté, l'amitié voire l'humour de ses personnages malgré la violence et la peur. C'est un livre magnifique, sans complaisance, sans compromission et sans pathos gratuit qui dissèque l'absurdité d'une guerre génocidaire qui si elle peut nous sembler incompréhensible, fait ressortir les vieux démons d'un passé pas si lointain que ça !