lenfant_au_loup_couv

Gunnar Staalesen – L'enfant qui criait au loup – Folio Policier – 480 p. – Traduction Alex Fouillet

4ème de couverture :

Avant d'être détective privé, Varg Veum travaillait à la Protection de l'enfance. Trop idéaliste et entier, il avait fini par en être renvoyé. Parmi les enfants qu'il avait essayé d'arracher à un destin déjà écrit figurait Janegutt, dont il s'était occupé à plusieurs reprises. Aujourd'hui devenu adulte et accusé du meurtre de ses parents adoptifs, Janegutt est retranché dans un fjord et ne veut parler qu'à une seule personne : Varg Veum.

Mon avis sur ce livre :

Un roman policier sur fond de misère sociale et affective qui prend ses racines dans le passé pour maquiller le présent et des personnages principaux ambigus et plutôt attachants. Tout est réuni pour piquer ma curiosité et me donner envie de découvrir l'auteur. J'ai beaucoup aimé le fait que ce dernier brouille continuellement les pistes, en mélangeant le passé et le présent, en nous donnant quelques clés au fur et à mesure que l'on avance dans le roman. Gunnar Staalesen à travers ce livre trace le destin de ce petit garçon né sous une mauvaise étoile : d'une enfance ballotée entre différents foyers, à l'accusation du meurtre de ses deux parents adoptifs, quelle a bien pu être la vie de Janegutt pour en arriver là ?

Le tour de force de ce roman, c'est de rendre attachants certains des personnages pas forcément très sympathiques au départ, que ce soit Janegutt au comportement ambigu ou sa mère biologique droguée, aux fréquentations plus que douteuses, maltraitante et incapable de s'occuper d'un enfant… Finalement tous évolueront au cours du récit pour atteindre une certaine forme de rédemption. J'ai beaucoup aimé le soin apporté par l'auteur pour travailler la psychologie des différents personnages et réussir à nous attirer vers de nombreuses fausses pistes grâce au comportement et à l'évolution de ces derniers. Le lecteur se perd entre ses propres certitudes et les différents indices distillés par l'auteur au cours de l'enquête et le résultat est vraiment prenant et très réussi. Les personnages secondaires prennent tour à tour de l'ampleur et finissent par trouver leur place au fur et à mesure que l'enquête avance.

Si comme moi vous aimez les polars nordiques, vous ne serez pas déçus car l'on retrouve les grands thèmes présents dans la littérature du genre à savoir une critique de la société de consommation sur fond de misère sociale ou l'ennui le dispute à la violence quotidienne. A cela vous ajoutez un personnage principal border line, un brin looser, qui noie son dégoût du monde au fond d'une bouteille d'alcool et vous y êtes… J'ai donc retrouvé avec le personnage de Varm Veum beaucoup de similitudes avec Erlendur d'Arnaldur Indridason ou avec Harry Hole de Jo Nesbo, voire avec l'inspecteur Rebus de Ian Rankin en Ecosse. Là encore on est de plein pied dans ce genre de personnage, un ancien travailleur social devenu privé, désabusé et lucide sur les capacités de l'homme à nuire et à détruire son prochain… Seul petit bémol, une certaine lenteur dans le récit et la sensation de se perdre parfois entre le passé et le présent et les différentes intrigues qui se croisent continuellement et qui pourrait déstabiliser le lecteur par moment. Pour ma part, j'ai été vraiment conquise et j'ai lu ce roman très rapidement.

Je remercie Livraddict et les Editions Folio Policer pour ce partenariat et pour la découverte de ce nouvel auteur que je continuerai à suivre.