lederpape_couv

Luis Miguel Rocha – Le dernier pape – Editions Folio Policier – 573 p. – Traduction Vincent Gorse

4ème de couverture :

29 septembre 1978 : le pape Jean-Paul 1er est retrouvé mort dans son lit trente-trois jours après son élection. Officiellement il a succombé à un infarctus. Le secrétaire général du Vatican empêche toute autopsie et précipite l’embaumement du corps… Londres, 2006 : la jeune journaliste portugaise Sarah Monteiro trouve dans son courrier une étrange liste de noms. Quelques minutes plus tard, elle échappe de justesse à une tentative d’assassinat grâce à l’intervention d’un certain Rafael. De l’Angleterre au Portugal, des Etats Unis au Vatican, Sarah et Rafael se retrouvent confrontés à une mystérieuse organisation prête à tout pour les éliminer : quels secrets cherche-t-elle à protéger ?

Mon avis sur ce livre :

Dès les premières pages, je me suis demandée si j’allais vraiment réussir à rentrer dans le livre. La construction de l’intrigue et des premiers chapitres me semblait vraiment banale pour ce genre de littérature et j’avais l’impression de replonger dans une sorte de Da Vinci Code revisité tant au niveau de la forme que des personnages impliqués. Le fait de passer d’une époque à une autre, d’un pays à un autre et d’un groupe de personnage à un autre me semblait sans grande originalité mais entraînait plutôt une certaine confusion pour démarrer le livre. Je dois avouer qu’au départ je pensais que c’était mal parti et que j’allais avoir du mal à rentrer dans l’histoire, je trouvais le début du roman long et confus et le fait de passer d’une époque ou d’un pays à un autre n’aidait pas non plus à s’y retrouver… D’habitude avec ce genre de roman je suis plutôt bon public et prise par l’histoire dès le départ, mais ici j’étais gênée par l’impression de « déjà lu ». Heureusement après les 50 premières pages et l’entrée en scène de Sarah mais surtout de l’énigmatique Rafael, j’ai commencé à m’intéresser beaucoup plus à l’intrigue et à m’attacher aux personnages.

Finalement j’ai bien aimé le roman même si ça n’est pas un coup de cœur j’ai trouvé que c’était une bonne lecture pour l’été, qui remplit parfaitement son office de lecture divertissante et entraînante, en relation avec des faits historiques qui permettent de s’ancrer dans la réalité et de trouver une résonnance dans les tribulations du monde. Les deux personnages principaux sont plutôt attachants et le mystère plane jusqu’au bout. Dans la mesure où l’on est dans une sorte de course poursuite sur plusieurs continents et au milieu d’une partie d’échecs entre différents groupuscules et officines parallèles on sait que l’intrigue aura suffisamment de rebondissements pour tenir le lecteur en haleine avec une dynamique continue. L’alternance régulière des chapitres se passant à différentes périodes permet de garder le contact avec l’ensemble des personnages secondaires et de conserver en tête leur rôle dans l’histoire. On jongle entre la CIA, le Vatican, la loge P2, les politiques de tous bords, la tentative d’assassinat de Jean-Paul II, les Brigades Rouges et plus on avance dans le livre, moins il y a de temps morts. Si certains faits et « explications » me semblent un peu capelli tractés, l’ensemble se laisse lire avec plaisir. Finalement j’ai passé un bon moment de détente et un rebondissement de dernière minute laisse la porte ouverte pour le livre suivant.

Je remercie Livraddict et les Editions Folio pour ce partenariat. Une parfaite lecture détente pour l’été !