justiceancillaire

Ann Leckie - La justice de l'ancillaire (Les Chroniques du Radch 1) – Editions J'ai Lu, Nouveaux Millénaires – 441 p. – Traduction Patrick Marcel

4ème de couverture :

Rien ne peut arrêter l'expansion de l'empire Radchaaï. Chaque annexion fournit des armées supplémentaires, les ancillaires, des captifs à la conscience détruite changés en troupes de choc, des marionnettes, animées par l'intelligence artificielle des vaisseaux de guerre de l'empire. L'un de ces vaisseaux, le Justice de Toren, a été détruit, victime d'un complot au plus haut niveau du pouvoir. Mais son IA est parvenue à s'échapper et à s'incarner dans le seul ancillaire rescapé du massacre. Dix-neuf ans plus tard, sa vengeance est sur le point de s'accomplir…

Mon avis sur ce livre :

Un roman original tant par l'histoire que par le style utilisé. J'avoue avoir lu ce livre en VO il y a quelques temps et avoir eu un peu de mal avec l'écriture. L'auteur a choisi de ne pas donner de genre à une partie de ses personnages et l'on passe donc constamment du masculin au féminin dans un savant mélange… plus facile à appréhender en français qu'en anglais ou le genre est indiqué généralement par le pronom et non par la féminisation du nom. Au départ cela m'avait gêné car cela ajoutait de la confusion et une certaine difficulté de compréhension (pour donner un exemple on parle de "La première inspecteur" ou de "La grande prêtre"). Excepté certains des principaux personnages que l'on considère féminins, pour le reste vous avez le choix du genre et j'avoue que c'est très déstabilisant. Si la VO compliquait un peu la compréhension, je trouve que la traduction n'est pas formidable non plus car cela alourdit le style de l'ensemble sans rien ajouter à l'histoire (exemple : c'était la cousin…).  

Passé cette difficulté, j'avoue que l'histoire m'a beaucoup plu. On suit l'un des éléments composant le vaisseau Justice de Toren, qui quelques années auparavant, a réussi à échapper à la destruction. On parle d'éléments car ce ne sont pas des humains mais une partie à part entière du vaisseau, ce dernier étant une sorte d'IA connectée aux autres éléments du même genre, des sortes de marionnettes directement contrôlées par le Justice de Toren. Suite à un complot le condamnant à la destructon, l'IA de ce dernier va réussir à s'échapper en s'incarnant dans l'un des ancillaires qu'il dirigeait, va prendre son indépendance et mettre en place sa vengeance contre ceux qui ont donné l'ordre de sa destruction. 

Les chapitres alternent son histoire et sa quête présente avec le récit des éléments déclencheurs de ce complot. C'est intelligemment construit et cela rythme particulièrement bien l'histoire qui alterne avec les deux époques. Les personnages sont assez troublants car bizarrement, la froideur de Breq au départ, volontaire pluisque Breq est l'IA du vaisseau, semble s'humaniser au fur et à mesure que l'on progresse dans le récit. Sa relation aux autres devient alors plus complexe et moins formatée, et donc moins attendue. J'ai aussi beaucoup aimé le monde construit par l'auteur et les problèmes soulevés par l'histoire : la religion, la place des êtres humains dans une société qui n'est plus vraiment faite pour eux, l'évolution de la technologie… C'est un bon premier tome qui donne vraiment envie d'en savoir plus sur ce monde et sur l'évolution des personnages. Le récit peut sembler complexe et déstabilisant mais passé les premières pages on rentre très facilement dans l'histoire et l'ensemble est vraiment prenant. J'ai passé un très bon moment de lecture.

Je remercie Babelio et Les Editions J'ai Lu pour ce partenariat de lecture et je poursuivrai la série avec plaisir.