zen_fermine

Maxence Fermine – Zen – Editions Michel Lafon – 134 p.

4ème de couverture :

"Chaque jour, de l'aube au crépuscule, Maître Kuro pratique l'art subtil de la calligraphie.

Pendant de longues heures, dans un recueillement proche de la plénitude, il reste agenouillé devant un rouleau de papier de riz et le recouvre d'encre noire.

Peu lui importent le vaste monde et ce qui le régit depuis des siècles. Il vit concentré sur son labeur et sur la direction, la finesse du trait qu'il dessine à main levée.

Avec verticalité, harmonie, simplicité et élégance.

Ainsi va la vie, tranquille et apaisante, de Maître Kuro."

Jusqu'au jour où…

Mon avis sur ce livre :

Un livre court et intense à l'écriture ciselée d'une précision incroyable. La parfaite combinaison du récit et du style, un mélange de délicatesse et de grâce au service d'un récit dense et précis porté par des personnages atypiques et attachants. J'ai adoré ce roman, tant au niveau de l'écriture que de l'histoire. Telle une calligraphie japonaise précise et épurée, le style met en avant la précision dans le choix du vocabulaire. Pas de phrases alambiquées ou compliquées mais la quintessence du texte au service des sentiments, c'est un roman court mais particulièrement dense qui met la délicatesse au centre de l'histoire. Une histoire intemporelle avec des personnages joliment esquissés, tout en émotion contenue. 

L'auteur a su insuffler à son livre ce qui fait le charme de la culture japonaise, l'épure, la précision, une certaine humilité et la délicatesse des sentiments. Tout est précis, à sa place, doucement mélancolique et un peu cruel parfois… Comme toutes les histoires d'amour ! Comme maître Kuro maîtrise son trait, l'auteur maîtrise son style et donne une vraie puissance à ses personnages. Au premier degré ces derniers pourraient sembler un peu fades et ternes dans ce quotidien dédié à la quintessence du geste, à la recherche du trait parfait, mais c'est tout le contraire qui se dessine au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire. L'auteur joue le contraste entre le quotidien tranquille, voire la routine des jours qui passent et la force, voire la violence des sentiments qui prennent vie et des émotions qui s'intensifient au fil des jours et des leçons de calligraphie.

Ce roman fut un vrai coup de cœur, j'ai aimé l'écriture, le rythme du récit, l'histoire et la relation qui se développe entre Maître Kuro et Yuna au fil des jours. J'ai aimé la profondeur et l'intensité des personnages, la grâce de ces derniers à travers leur quotidien et leur rapport à l'art.

Je suis ravie d'avoir découvert cet auteur à travers ce roman et je remercie Livraddict et les Editions Michel Lafon pour cette belle découverte.