mauvaise_action

Elizabeth George – Juste une mauvaise action – Editions Les Presses de la Cité – 696 p. – Traduction Isabelle Chapman

4ème  de couverture :

Le sergent Barbara Havers est catastrophée, Hadiyyah, la fille de son cher ami Azhar, a été enlevée par sa mère et aucune poursuite judiciaire n'est possible. Azhar n'a jamais épousé Angelina et l'enfant ne porte pas son nom. 

Alors qu'Azhar se désespère, Angelina refait finalement surface avec une nouvelle alarmante : Hadiyyah a été kidnappée sur la place d'un marché toscan.

La police italienne est chargée des recherches et Barbara devra prendre les choses en main, frôlant l'incident diplomatique, pour que Scotland Yard intervienne en la personne du célèbre inspecteur Thomas Linley.

Bien vite, les deux enquêteurs découvrent que l'affaire est beaucoup plus complexe qu'un simple enlèvement...

Mon avis sur ce livre :

Je dois dire que je ne suis pas très impartiale quant à ce roman car j'adore les livres d'Elizabeth George et je suis l'inspecteur Linley et Barbara Havers au fil de tous ses livres depuis le début. Je crois que je les ai pratiquement tous lus et j'ai à chaque fois l'impresion de retrouver de vieilles connaissances. Cette fois-ci le roman fait la part belle à Barbara qui devient le pivot central de l'enquête. Le roman précédent se terminait sur la disparition de la petite voisine de Havers, enlevée par sa mère et ce roman-ci nous entraîne de Londres à l'Italie pour tenter de retrouver Hadiyyah qui a disparu. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans les premiers chapitres mais je dois dire qu'après j'ai été complètement embarquée par l'enquête. Pas de grandes surprises pour ceux qui connaissent les livres d'Elizabeth George, on retrouve la plume fluide et incisive de l'auteur pour décrire ses personnages, ses descriptions minutieuses et ses pointes d'humour toutes british dans les petits détails… Et là encore, on ne déroge pas à la règle !

Avec Barbara en personnage principal, on sait que l'on va avoir le droit à des dialogues enlevés et plein d'humour et à des situations improbables… C'est mon personnage préféré de la série, je suis fan de son mauvais caractère, de ses goûts vestimentaires décalés et de son insubordination chronique. Si l'enquête reste au centre du récit, on sait par avance que l'on va malgré tout suivre aussi la vie personnelle de Linley et de Havers et des personnages secondaires et pour moi c'est ce qui fait la force de l'auteur. Elle travaille toujours la personnalité de ses personnages en profondeur et l'on voit la psychologie de ces derniers se construire au fil des romans. Ce que j'aime chez l'auteur c'est qu'elle ne les ménage pas et si l'un d'entre eux doit disparaître pour faire rebondir l'histoire, aucun état d'âme pour le faire mourir. On n'est pas forcément dans le happy end obligatoire de certains livres du genre.

Encore une fois c'est un bon cru, malgré un petit reproche concernant les chapitres truffés par moment de phrases en italien. Même si je connais les bases de cette langue, j'ai trouvé dommage que la traduction ne soit pas donnée au lecteur en bas de page. Cela manquait un peu, surtout si je me mets à la place de quelqu'un ne connaissant pas du tout la langue. J'ai trouvé que c'était un peu frustrant. Pour ce qui est du récit en lui-même j'ai beaucoup aimé, surtout le mélange de l'aspect professionnel et personnel impliquant Barbara et les rebondissements que cela entraîne.

Je remercie Babelio et les Editions Les Presses de la Cité pour ce partenariat. Pas de vraie découverte pour moi mais toujours le même plaisir à retrouver les personnages d'Elizabeth George dans une nouvelle enquête.