Bidules et Petits Riens

samedi 14 juillet 2018

Delphine Seyrig, une vie

delphine_couv

Mireille Brangé - Delphine Seyrig, une vie – Nouveau Monde éditions – 393 p. 

4ème de couverture :

Actrice, réalisatrice, femme engagée, Delphine Seyrig (1932 – 1990) refuse toute sa vie de se laisser enfermer dans un rôle ou une image. S'inventer, se trouver, se réinventer fut sa raison de vivre. Egérie de Resnais, reine du théâtre parisien dans les années soixante, admirée de Truffaut comme de Duras, fée des Lilas dans Peau d'Ane de Demy ou Jeanne Dielman d'Akerman, Delphine Seyrig a un parcours hors du commun. Au faîte de sa gloire, elle s'engage dans les luttes féministes. Digne d'une héroïne de Stendhal, prête à toutes les aventures, son goût de la liberté, son audace, son refus du tiède, son exigence et son élégance donnent à sa vie tout son romanesque. C'est cette vie riche et inspirante que retrace, pour la première fois, cette biographie passionnante et richement documentée, qui a pour fond la vie sociale, intellectuelle, théâtrale et cinématographique de son époque. Un très beau portrait de femme, par la plume tout en finesse de Mireille Brangé.

Mon avis sur ce livre :

Pour moi Delphine Seyrig était synonyme de mystère : mystère d'une voix si particulière, mystère d'une silhouette et d'un regard, mystère d'un parcours exigeant et engagé. Je connaissais l'actrice de cinéma, pas du tout l'actrice de théâtre et encore moins la femme derrière l'image. Pour ce qui est de l'actrice, elle faisait partie de mon paysage cinématographique un peu comme Capucine et Dominique Sanda. Je les aime, je les admire, je ne suis jamais vraiment étonnée de les voir dans un rôle car leur présence me semble naturelle, comme une évidence. Je les devine à fleur de peau, exigeantes et lucides sur leur métier, fortes dans leurs convictions et leurs choix. Je les admire à travers leurs rôles et leurs parcours mais elles restent des images sur papier glacé, des silhouettes qui passent dans nos vies et des voix qui résonnent quelques temps dans nos cœurs. Delphine Seyrig fait partie de ces femmes dont on se souvient, pour un geste, une voix, un regard qui vous fixe à travers un écran. Cette biographique de Mireille Brangé permet de découvrir la femme derrière l'actrice avec ses peurs, ses doutes, ses engagements, ses colères, son combat pour les femmes.

J'ai beaucoup aimé cette biographie, fouillée, précise, détaillée, particulièrement la première partie sur sa famille et ses années aux Etats Unis. Son rapport à la littérature, au théâtre, son exigence et son désir constant de progresser dans sa vie et dans son art tout en restant lucide sur le milieu cinématographique. C'est cette lucidité constante qui ressort tout au long du livre, cette lucidité dans sa façon d'aborder ses rôles mais aussi cette lucidité quant à la place de la femme et aux combats que celle-ci doit continuellement mener. Féministe, porte-parole, militante aussi, elle n'aura de cesse de lutter pour la cause des femmes, pour leurs droits et leur émancipation.

J'ai apprécié de retrouver à travers ce récit les auteurs, acteurs, réalisateurs de ces films qui marquent une époque, celle du TNP, des écoles de Théâtre, de l'Actors Studio. On y croise Jean Rochefort, Philippe Noiret, Samuel Beckett, Marguerite Duras, Laurence Olivier, François Truffaut, Alain Resnais, Dirk Bogarde, Joseph Losey, Jacques Demy, Luis Bunuel… C'est India Song, L'année dernière à Marienbad, Qui êtes-vous Polly Maggoo ?, Musica, Accident, Le charme discret de la bourgeoisie… autant de films qui font partie de mon éducation cinématographique. 

Je remercie Babelio et Nouveau Monde éditions pour ce livre. C'est une biographie très dense, qui pourrait freiner ceux qui préfèrent un récit moins factuel et plus romancé mais si vous aimez le cinéma, le théâtre, la littérature de cette époque, je vous conseille vivement cette lecture et cette belle rencontre avec une femme intense et incroyable partie trop tôt.

Posté par Ikebukuro à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


jeudi 14 juin 2018

Banksy l'art transgresse les règles

banksy_couv

Hettie Bingham - Banksy, l'art transgresse les règles – Editions Palette -  48 p. – Traduction Benjamin Kuntzer

4ème de couverture :

Qui est Banksy ?

Ses œuvres se vendent plusieurs milliers d'euros, sont conservées dans les plus grands musées mais le doute subsiste toujours sur l'identité de Banksy.

Découvrez l'artiste derrière le masque, ses pochoirs subversifs, son humour noir et ses opinions politiques. Depuis les rues de Bristol jusqu'à ses expositions dans le monde entier, cet ouvrage retrace la carrière de Banksy, ses influences, ses combats, ainsi que ses rares interviews et certaines de ses plus célèbres œuvres, aujourd'hui perdues.

Mon avis sur ce livre : 

En réalité je suis plutôt embêtée par rapport à ce livre car si j'ai aimé le fond, je n'ai pas du tout aimé la forme. J'ai donc un avis plus que mitigé sur ce petit fascicule présentant l'artiste Banksy que j'adore et je suis limite en colère quand je vois la mise en page et la qualité d'impression. Si c'est un parti pris volontaire, pour mettre en avant le côté éphémère, rapide, clandestin du Street art, je peux le comprendre mais cela n'empêche pas de mettre en valeur les œuvres, d'avoir des photos dignes de ce nom et d'avoir une mise en page soignée.

Sous prétexte que l'on est dans du Street Art, on nous colle ce fond de page imitation "matière" murs complètement has been et attendu, dans cette couleur beigeasse improbable digne des pires fonds de pages de PowerPoint, ou dans cet aplat gris colorié super terne. La brique avec ses tons chauds et ses nuances de rouges aurait sûrement été un choix plus acceptable si l'on souhaitait rester dans ce style ! Du coup on se retrouve dans une mise en page des années 80 avec un collage grossier de bulles, de textes, de faux encadrements autour des visuels que l'on dirait récupérés sur internet tellement ils sont sombres et de mauvaise qualité. Du coup j'ai eu l'impression que mon plaisir était gâché et que le travail était bâclé, vite fait, terne et sans relief. 

J'adore Banksy, le mystère, l'humour caustique qui se dégage de ses œuvres, les messages qu'il insuffle à nos villes comme autant de points d'exclamation pour nous interpeller sur les problèmes du monde. Ses œuvres sont tellement belles, poignantes et poétiques que je trouve que c'est vraiment dommage de ne pas les avoir mises beaucoup plus en valeur avec une mise en page réfléchie et originale. A la décharge de l'éditeur français, je pense que c'est simplement une reprise à l'identique d'un titre publié chez Wayland en 2014.

Le point positif c'est que j'ai appris beaucoup de choses sur l'artiste. A travers de petits textes informatifs, de citations, le lecteur qui ne le connaît pas encore peut obtenir un bon résumé de la démarche, du style, de l'univers de Banksy. Chaque double page présente un grand thème : "Premières œuvres", "Se faire remarquer", "Thèmes controversés"… et je trouve l'idée plutôt intéressante. Mais ce découpage aurait mérité d'être valorisé par une mise en page plus attractive car là ça pique un peu les yeux ! Je ne sais pas si ce livre s'adresse plus particulièrement à un jeune public dans une collection de sensibilisation à l'univers de l'art mais raison de plus pour que le contenu soit clair, agréable à l'œil, voire exigeant, avec un univers graphique adapté et non des couleurs éteintes dans une palette de tons sans relief.

Je remercie Babelio et les éditions Palette pour m'avoir donné envie de redécouvrir l'œuvre de cet artiste que j'aime beaucoup.

 

Posté par Ikebukuro à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 20 mai 2018

Bonjour Tristesse

bonjour_triscouv

Frédéric Rébéna – Bonjour Tristesse – Roman graphique d'après le roman de Françoise Sagan – Edition Rue de Sèvres – 104 p. 

4ème de couverture :

"Anne était un beau serpent, elle se glissait derrière nous.
Elle allait nous voler notre bonne chaleur…
Sa froideur était sa forme de vie.
J'entrai par elle dans un monde de mauvaise conscience.
Moi, naturellement faite pour l'insouciance…
Je me perdais moi-même."

Mon avis sur ce livre :

Avant de lire ce roman graphique, je tiens à préciser que je connaissais le roman de Françoise Sagan, lu quand j'étais adolescente et relu assez récemment avec des yeux d'adulte cette fois. Je dois dire que le roman original ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Des personnages que l'on qualifierait de bobos de nos jours : un père qui semble être en pleine crise de la quarantaine, séducteur de bazar, une adolescente cruelle, manipulatrice et mal dans sa peau qui aimerait être le centre du monde, qui voudrait son papa pour elle toute seule et à qui on a surtout envie de filer des claques… Bref, on assiste dans le roman à la fin d'une époque, au déclin d'un monde désuet, déjà démodé, où la cruauté se pratique entre deux flutes de Champagne et deux soirées au casino. Je peux comprendre l'engouement pour ce roman au moment de sa sortie, une jeune fille qui écrit, qui casse les codes, qui s'affranchit de la bienséance et des principes moraux de l'époque, une jeune fille qui vit à 100 à l'heure, émancipée et libre… Mais c'est typiquement le roman qui une fois sorti de son contexte et de son époque, perd tout ce qui fait son charme, son audace, sa liberté. Bref, ça se lit vite, c'est "plaisant" mais vite oublié. Je me souviens avoir pensé "Tout ça, pour ça ?".

Contrairement au roman de Françoise Sagan que j'avais aimé sans plus, j'ai vraiment apprécié le roman graphique de Frédéric Rébéna. Il a su conserver la quintessence du texte original. On va à l'essentiel, sans superflu, c'est direct, précis, sans faux-semblants, l'émotion pure et sans fioritures. Grâce au dessin, à la subtilité et à la délicatesse du trait et de la mise en couleur, l'auteur réussit à mettre en valeur les personnages, la dramaturgie de l'histoire et l'atmosphère particulière des vacances : l'ombre de la sieste, la lumière de la plage, la chaleur des nuits d'été, les sentiments qui se dévoilent, les émotions exacerbées… Tous les ingrédients sont réunis pour que le drame éclate.

En allant à l'essentiel tant par le texte que par le dessin, l'auteur donne de la profondeur aux personnages, ici le minimalisme développe l'intime. Finalement j'ai redécouvert le roman d'origine à travers l'adaptation de Frédéric Rébéna et j'ai mille fois préféré cette version à celle de Françoise Sagan, peut-être parce que l'auteur est allé au cœur du roman pour en retirer l'essence et en conserver l'esprit, peut-être parce qu'en épurant le texte pour en conserver l'essentiel, il a su toucher le lecteur de façon plus directe et plus profonde.

Je remercie Babelio et les éditions Rue de Sèvres pour ce joli moment et ce regard neuf sur le livre de Sagan. J'ai vraiment envie de découvrir le catalogue de cette maison d'édition.

Posté par Ikebukuro à 17:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 27 avril 2018

Le Prince des Ténèbres

Leprince_couv

Hélène Calvez – Le Prince des Ténèbres – Editions Erick Bonnier – Collection Encre d'Orient – 262 p.

4ème de couverture :

En 1170, Saladin est maître de l'Egypte, mais son pouvoir est fragile. L'un de ses amis meurt de façon inexpliquée. Saladin entend bien ne pas laisser ce crime impuni : il charge donc le philosophe juif Maïmonide, son médecin personnel de lui trouver un savant capable d'apporter une réponse à ce mystère.

C'est un chrétien qui se présente. S'ouvre alors un immense jeu de dupes. Car, c'est pour un autre objectif que l'Eglise de Tolède l'a autorisé à se rendre en Egypte. Ce que l'Eglise ignore, tout comme Saladin et Maïmonide, c'est que l'homme qui vient d'entrer en Egypte est le Prince des Ténèbres. Fondé sur des faits historiques et des personnages connus, ce roman est une enquête sur fond de millénarisme.

Mon avis sur ce livre :

Je me suis plongée dans ce livre sans savoir de quoi il parlait, je connaissais l'auteur à travers l'un de ses précédents romans que j'avais beaucoup aimé et cela me suffisait pour avoir envie de découvrir son nouveau livre. Je lis rarement les résumés dans leur globalité, si je ne connais pas l'auteur je veux juste savoir de quoi parle le livre (relations familiales, période historique, lieux, thriller, fiction, essai…). C'est aussi pour cela que j'évite de lire ou de regarder les vidéos des bloggeurs qui chroniquent un livre que je n'ai pas encore lu. J'aime l'effet de surprise, découvrir au fur et à mesure et surtout ne pas avoir d'idées préconçues. Là, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre, seul "roman historique" sur la couverture me donnait quelques pistes et je savais que c'était une enquête après un empoisonnement. Mais j'aime les enquêtes, le mystère, l'histoire, donc tout était réuni pour que je passe un bon moment de lecture. Et ce fut le cas… mais à ma grande surprise pour tout autre chose que ce qui me séduit habituellement.

Dans ce roman, ce n'est pas tant l'enquête en elle-même qui m'a plu mais l'ambiance générale, les descriptions, les personnages, l'atmosphère de la ville, le parfum des rues… D'habitude je fonce à travers les pages de ce genre de roman, avide de découvrir la suite des événements, anxieuse de connaître la prochaine victime, heureuse de trouver quelques pistes de l'intrigue. Ici, ce fut tout le contraire, je savourais chaque page, je prenais mon temps, j'avançais lentement dans ma lecture. L'enquête est prenante et sort des sentiers battus mais pour moi ce n'était pas l'élément central du livre. C'est la ville de Fustât qui reste le pivot de ce roman, ses riches marchands, ses intrigues, ses érudits… A travers les yeux surpris d'Avendeuth, narrateur de l'histoire, on découvre un monde musulman qui n'a rien à envier à l'Espagne de l'époque, tant par la richesse de sa culture que par sa pensée philosophique. Un pays qui va réussir petit à petit à changer Avendeuth, à le sortir de cette espèce de léthargie sensorielle dans laquelle il se complait. Lui qui se voit comme la main de Dieu, comme le Prince des Ténèbres, détaché de toute humanité, semble au fil des pages se réveiller au monde qui l'entoure. Car oui, il est particulièrement antipathique, on n'arrive pas à s'attacher à ce personnage et on se dit qu'autant de pages en sa compagnie risque d'être compliqué ! C'est sûrement l'un des points négatifs pour moi. J'aurai aimé avoir affaire à un personnage moins froid, plus vivant, notamment dans la première partie du livre… Mais heureusement, au fur et à mesure que l'enquête avance, qu'il rencontre les autres protagonistes de l'histoire, suspects ou simples témoins, on le voit entrouvrir la porte aux plaisirs des sens. La nourriture, la sensualité, la beauté du monde commencent à le toucher, voire à l'émouvoir. On sent qu'il est capable de continuer à évoluer et qu'il peut abandonner les ténèbres pour faire entrer un peu de lumière dans sa vie. 

J'ai particulièrement apprécié l'écriture, j'avoue que par moments, j'ai retrouvé ce qui m'avait tant plu dans Soufi, mon amour d'Elif Shafak, une atmosphère particulière, un style descriptif et riche totalement immersif. On déambule avec Avendeuth à travers les rues de Fustât, on goûte en sa compagnie les mets les plus parfumés, on découvre à travers ses yeux la richesse des tissus, à travers son nez, les odeurs de la ville ! Je trouve que ce personnage à un vrai potentiel pour devenir un héros récurrent dans d'autres aventures qui nous mèneraient vers l'Italie ou l'Orient de l'époque… En tous cas, j'ai beaucoup aimé mon voyage.

Posté par Ikebukuro à 19:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 22 avril 2018

Sauvage

sauvage-1051201

Jane Harper – Sauvage – Editions Calmann-Lévy Noir – 424 p. – Traduction David Fauquemberg

4ème de couverture :

De retour à Melbourne après un séjour éprouvant dans sa ville natale, l'agent fédéral Aaron Falk apprend la disparition d'Alice Russell. Cette dernière, qui n'est jamais revenue d'un challenge d'entreprise dans le bush, est son témoin clé dans une affaire de blanchiment d'argent à grande échelle.

Alors que son enquête plonge Falk au cœur d'une nature magnifique mais impitoyable, surtout en plein hiver, il découvre que tous les participants à ce challenge ont quelque chose à cacher. Et qu'Alice, femme cruelle et insensible, est loin d'être appréciée par ses collègues. Le compte à rebours pour retrouver Alice vivante est enclenché mais, si les langues se délient progressivement, tout le monde ne semble pas prêt à coopérer.

Mon avis sur ce livre :

J'étais ravie de retrouver l'agent fédéral Aaron Falk pour une nouvelle enquête car j'avais beaucoup aimé Canicule, le premier roman de Jane Harper que je venais de lire en VO quelques temps auparavant. J'avoue que je partais vraiment confiante pour ce deuxième roman et je n'ai pas été déçue. Encore une fois j'étais conquise dès les premières pages, tant par l'évolution du personnage principal, que par l'intrigue et la construction du récit. Pas de surprise pour ceux qui aiment les thrillers puisque l'on est vraiment dans ce style de récit avec un personnage principal récurrent et une enquête différente à chaque roman mais j'avoue que ma lecture était vraiment prenante et addictive.

Ici l'on va suivre un groupe de personnages partis en séminaire d'entreprise, qui se retrouvent dans le bush australien séparés en deux équipes : les hommes d'un côté, les femmes de l'autre. Le roman débute avec le retour de ces groupes au point de ralliement, et Alice manque à l'appel. Sa disparition est vraiment le point central du roman, ne vous attendez pas à une enquête financière comme pourrait le laisser supposer le résumé, ici l'affaire de blanchiment d'argent n'est pas le cœur de l'intrigue. Ce sont vraiment les personnages qui priment et leur interaction au travail ou lors de ce périple.

Cette fois encore, Jane Harper met la nature australienne à l'honneur. Comme dans Canicule, l'Australie est un personnage à part entière et c'est ce qui pour moi fait tout le charme de ses romans. L'aspect sauvage et implacable de la nature australienne joue un rôle primordial dans la façon dont vont évoluer les personnages tout au long du livre. Grâce à la construction de son récit qui alterne les chapitres d'enquête avec les chapitres en flash-back de l'aventure du groupe des femmes, le lecteur voit petit à petit évoluer les personnalités et les comportements de chacune face à la difficulté : le manque de repères, le fait d'être perdu au milieu d'une nature hostile, les intempéries, les peurs qui refont surface, les antagonismes latents entre les membres de l'équipe, les vieilles rancœurs qui se dévoilent… tout est fait pour créer un climat propice au drame.

L'écriture est fluide, sans surprise, mais plutôt dynamique et c'est ce que l'on cherche généralement pour ce genre de roman, avec de nombreux dialogues qui rythment les chapitres de manière efficace. Dans l'ensemble j'ai vraiment pris plaisir à ma lecture. Par contre petit bémol sur le développement des personnages que j'ai trouvé un peu moins travaillé que dans son précédent roman. Il y avait pourtant matière à développer les personnalités de certains des protagonistes mais j'avoue que j'aurai aimé aller un peu plus au fond des choses, notamment avec le personnage d'Alice que j'ai trouvé un peu superficiel. Par contre le personnage d'Aaron se dévoile un peu plus dans ce deuxième opus, notamment à travers sa relation avec son père. 

Je remercie Babelio et les éditions Calmann-Lévy pour cette aventure dans le bush australien et j'attends avec impatience la prochaine enquête de l'agent Aaron Falk.

Posté par Ikebukuro à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


lundi 2 avril 2018

Les rêves de mon père

bopère_couv

Barack Obama – Les rêves de mon père – Les Presses de la Cité – 454 p. – Traduction Danièle Darneau

4ème de couverture :

- C'est vrai, Bar, disait-il, ton papa pouvait faire face à n'importe quelle situation, et c'est pour ça que tout le monde l'aimait. Tu te souviens de la fois où il a chanté au Festival international de musique ? Il avait accepté de chanter des chants africains, mais quand il est arrivé, il s'est aperçu que c'était pas n'importe quoi. La fille qui passait juste avant lui était une chanteuse semi-professionnelle, une Hawaïenne qui avait tout un orchestre derrière elle. Un autre se serait dégonflé, aurait expliqué qu'il y avait erreur. Mais pas Barack. Il y est allé et il a chanté devant tous ces gens qui le regardaient, et ça, je te jure, il faut le faire. Il n'a pas été formidable, mais il était si sûr de lui qu'il a récolté autant d'applaudissements que les autres.

Mon grand-père secouait la tête et se levait pour aller tripoter les boutons de la télé.

- Tu vois, il y a une chose que tu peux prendre chez ton père, me disait-il. La confiance en soi. Le secret du succès.

Dans une autobiographie bouleversante qui commence à Hawaï pour s'achever au Kenya, Barack Obama revient sur le parcours qui le mena à la politique, mais il raconte surtout, en écrivain, les blessures intimes, les rencontres providentielles, et l'extraordinaire roman familial qui firent de lui l'homme qu'il est aujourd'hui.

Mon avis sur ce livre : 

De Barack Obama je connais finalement peu de choses en dehors de ce que j'ai pu suivre lors de ses deux mandats dans les médias. J'en avais une image un peu lisse, un peu surfaite aussi, une image vendue par le service communication de la Maison Blanche. C'est quelqu'un dont j'ai suivi le parcours pendant 8 ans, regrettant souvent qu'il ait les mains liées pour pouvoir appliquer la politique qu'il avait souhaitait mettre en place, admirant le symbole qu'il représentait dans cette Amérique toujours aux prises avec ses vieux démons. Pour moi il symbolisait avant tout une évolution des mentalités, une prise de conscience, un progrès… En réalité, je connaissais l'image médiatique, pas vraiment son milieu social, son enfance et d'où il venait en réalité, je ne pensais pas avoir grand-chose de commun avec lui jusqu'au jour où j'ai découvert son interview avec Michiko Kakutani, le critique du New York Times et où je me suis aperçue qu'on lisait et qu'on aimait les mêmes auteurs, Toni Morrison, Philip Roth, Junot Diaz, Jhumpa Lahiri… (il me semble que l'on peut retrouver cette interview en français dans le premier numéro de la revue America).

L'occasion s'est présentée avec ce livre d'en découvrir un peu plus car ce récit ne traite pas du tout de ses dernières années comme Président mais revient sur son enfance, sa famille avec une mère blanche venant de l'Amérique profonde et un père kenyan d'origine Luo qui s'en va lorsque Barack est encore petit, ses grands-parents qui l'ont élevé une partie de son adolescence, son parcours universitaire à Colombia et sa prise de conscience politique lorsqu'il travaillait comme travailleur social dans un quartier noir défavorisé de Chicago.

J'ai beaucoup aimé ce récit, notamment les parties sur son parcours d'organisateur de communautés et son voyage au Kenya quand il part à la rencontre de la famille de son père, retrouve ses demi-frères et ses demi-sœurs, ses tantes… découvre ses racines et surtout son père décédé qu'il a peu connu et qui semble reprendre sa place par le biais de ce voyage.

A travers ses lignes on ne peut qu'admirer ce parcours qui l'a mené au plus haut car contrairement à beaucoup de politiques, il n'a pas eu une route toute tracée. Il a réussi par lui-même, il s'est forgé une conscience politique en côtoyant les plus pauvres et les laissés pour compte, en essayant d'améliorer le quotidien des habitants de ces quartiers grâce à de petites victoires, le désamiantage des logements sociaux, la lutte contre la déscolarisation et la délinquance des jeunes… Autant de petites victoires mais aussi de découragement, de colère sans doute et la volonté constante de ne pas abandonner tous ces gens à leur sort. C'est certainement à ce moment-là qu'il prend conscience de l'importance des alliances politiques, des compromissions nécessaires et du poids de l'Administration. Bouger les gens n'est pas si difficile, faire sortir les politiques et les édiles de leur confort et de leur bureau doré est bien plus compliqué. Il se rend vite compte que oui, il remporte quelques petites victoires, mais qu'il sera beaucoup plus utile s'il réussit à faire partie de ces instances où tout se décide. Quelques temps plus tard il partira pour Harvard, reviendra travailler comme professeur à l'université de Chicago et gravira un par un les échelons de la politique.

J'ai beaucoup aimé ce récit, tant sur le fond que par sa forme car le style, contrairement à ce genre de livre, est très littéraire. On sent tout de suite que c'est quelqu'un qui aime l'écriture mais surtout la lecture et cela rend l'ensemble vraiment fluide et agréable à lire. C'est une vraie introspection, sans fausses pudeurs, sans concession sur ses questionnements, sur ses doutes et sur ses choix.

Je remercie Babelio et Les presses de la Cité pour ce récit, et Monsieur le Président, si vous passez par-là, j'attends vos mémoires avec impatience.  

Posté par Ikebukuro à 09:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 13 mars 2018

La chorale des dames de Chilbury

chorale_couv

Jennifer Ryan – La chorale des dames de Chilbury – Editions Albin Michel – 463 p. – Traduction Françoise du Sorbier – Epreuves non corrigées

4ème de couverture :

1940. Un paisible village anglais voit partir ses hommes au front. Restées seules, les femmes affrontent une autre bataille : sauver la chorale locale pour défier la guerre en chantant. Autour de Miss Primrose Trent, charismatique professeur de chant, se rassemble toute une communauté de femmes, saisie dans cet étrange moment de liberté : Mrs Tilling, une veuve timide ; Venetia, la "tombeuse" du village ; Sylvie, une jeune réfugiée juive ; Edwina, une sage-femme qui cherche à fuir un passé sordide. Potins, jalousies, peurs, amours secrètes… Entre rires et larmes, Jennifer Ryan, s'inspirant des récits de sa grand-mère qui a vécu le conflit depuis un petit village du Kent, sonde les âmes de ce chœur que vous n'êtes pas près d'oublier.

Mon avis sur ce livre :

La chorale des dames de Chilbury a été une très bonne surprise. Je m'attendais à un roman dans la lignée des livres "feel good" avec quelques ragots de village, saupoudrés d'un peu de méchanceté et de romance de bon aloi mais je suis tombée sur une version trash des romans de Barbara Pym. Les gens sont méchants (mais ça, on le savait déjà), manipulateurs, prêts à tout pour de l'argent, pour leur réputation et leur petit pouvoir local. Les personnages hauts en couleurs frôlent la caricature parfois mais c'est tout ce que j'aime, ils sont drôles, font les mauvais choix, subissent tout au long du roman mais c'est ce qui fait tout le charme du livre. Mélange bien dosé de cynisme, de mauvaise foi, de romance et de droiture, d'optimisme et de bonté cachée derrière une carapace qui ne demande qu'à voler en éclats, le livre nous entraîne à travers les aventures, les trahisons, les crimes et les sentiments des personnages. Par le biais des lettres et des journaux intimes de certains, on découvre les personnalités des principaux personnages. On s'attache facilement à certains, on déteste encore plus facilement les autres et on a envie de découvrir comment tous vont évoluer au fur et à mesure que l'on avance dans le roman.

J'ai beaucoup aimé le portrait de ce village peint par l'auteur. Les personnages sont bien travaillés et réservent quelques surprises, les situations s'enchaînent, on voit rapidement que tout n'est pas tout blanc ou tout noir et l'on se doute que certains cachent bien leur jeu. Si vous aimez les femmes fortes qui prennent leur vie en mains vous ne serez pas déçus, la chorale n'est que le prétexte et une sorte de catalyseur pour dévoiler les caractères et donner confiance aux plus effacées. Certains trouveront que les hommes manquent un peu d'épaisseur et n'ont pas forcément le beau rôle mais il faut dire que la majorité de ces derniers est sur le front.

La lecture est assez rythmée car les chapitres sont courts et le ton direct avec les points de vue des différents personnages. On retrouve l'atmosphère décalée de la série anglaise Barnaby où tous les habitants de Midsummer, petit village de carte postale semblent être des meurtriers en puissance et les paroissiens trop tranquilles des romans de Barbara Pym. J'ai vraiment bien aimé cette lecture. J'ai été touchée par la force de caractère de ces femmes qui luttent au quotidien pour surmonter les épreuves de la guerre, les deuils, les pénuries, les bombardements et qui prennent leurs vies en mains. Certaines, comme Edwina, tenteront de prendre des raccourcis pas très propres et pour d'autres le chemin sera plus long mais toutes seront au rendez-vous de leur destin.

Je remercie Babelio et les éditions Albin Michel pour cette visite de Chilbury et la rencontre de ses habitants.

jeudi 1 mars 2018

Les garçons de l'été

garçonsete_couv - copie

Rebecca Lighieri – Les garçons de l'été – Editions Folio – 413 p. – Epreuves non corrigées

4ème de couverture :

"Avec eux, je tremble, je frémis, je suis dans l'adoration, et ce n'est pas un servie à rendre aux enfants que de les adorer."

Zachée et Thadée, deux frères, étudiants brillants et surfeurs surdoués, déploient les charmes de leur jeunesse sous l'été sauvage de la Réunion. Mais l'été et la jeunesse ont une fin, et il arrive qu'elle survienne plus vite et plus tragiquement que prévu.

Alternant les points de vue, Rebecca Lighieri s'acharne joyeusement à démontrer les mensonges qui composent cette famille idéale. 

Mon avis sur ce livre :

Un récit surprenant, qui m'a dans un premier temps laissé un sentiment plus que mitigé pour finir par me happer complètement. J'ai volontairement choisi de ne pas faire cette chronique à chaud et j'ai bien fait. Au début, j'avoue que j'ai eu un peu de mal à me plonger dans le récit, notamment parce que je ne réussissais pas à m'attacher aux personnages présentés dans les premiers chapitres. Cette mère de famille en adoration devant ses fils, Thadée, l'ainé pourri gâté qui a tout pour lui, Zachée le second, qui vit dans l'ombre de son frère… tout cela me semblait un peu trop "cliché" à mon goût. J'ai essayé de ne rien dévoiler de l'histoire qui promet de nombreux rebondissements, de par la construction du récit notamment mais pour poser l'intrigue je dirai que suite à un accident, tout se détraque et l'atmosphère devient rapidement pesante, voire malsaine. A partir de là, j'ai ressenti un sentiment étrange de malaise constant difficile à oublier au cours de ma lecture.

Malgré ce malaise, le récit devient rapidement prenant. On ne s'attache toujours pas aux personnages principaux mais les personnages jusque-là secondaires commencent à prendre de l'ampleur. Ils sont plus nuancés, plus complexes psychologiquement et donc plus attachants au final. Le lecteur est plus enclin à leur pardonner leurs défaillances et leurs petites lâchetés. La construction du récit, avec chaque chapitre dédié à un personnage qui apporte son propre témoignage et son angle de vue, permet de donner du rythme à l'histoire et de la consistance à l'ensemble.

Quand j'ai terminé ce roman, j'étais vraiment mitigée sur ma lecture. D'un côté, je trouvais l'atmosphère vraiment pesante, voire malsaine et de l'autre j'avais été rapidement captivée par l'histoire et les personnages. En tant que lecteur je n'aimais pas forcément les sentiments que tout cela provoquait, j'avais l'impression d'être dans le rôle du voyeur satisfait de la chute annoncée d'une famille dysfonctionnelle… Ce qui me mettait dans une position que je n'aimais pas forcément ! Se réjouir du malheur des autres n'est jamais très valorisant. J'ai donc préféré attendre un peu que tout cela se décante pour faire cette chronique, car plus je repensais à l'histoire, à ces personnages, à la façon dont Rebecca Lighieri avait construit son récit et plus j'appréciais ce roman. J'ai particulièrement aimé la façon dont le lecteur est confronté aux différents points de vue de chaque protagoniste au fur et à mesure que l'histoire avance. Tous les ingrédients sont réunis pour captiver le lecteur : des personnages que l'on adore détester, des rebondissements, des caractères forts qui se dévoilent peu à peu avec un coup de cœur pour le personnage d'Ysé la petite sœur, une atmosphère très particulière… Pour résumer, je vous invite vraiment à vous plonger à votre tour dans cette intrigue familiale.

Je remercie Livraddict et les éditions Folio pour m'avoir permis de découvrir ce titre.  

Le roman paraîtra le 5 avril 2018.

Posté par Ikebukuro à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 21 février 2018

Exit West

exitwest_couv

Mohsin Hamid – Exit West – Editions Grasset – Collection En lettres d'ancre – 207 p. – Traduction Bernard Cohen

 4ème de couverture :

Une grande ville au bord de la guerre civile, quelque part au Moyen-Orient. Saïd y rencontre Nadia, une jeune femme indépendante, sensuelle et déterminée. Jour après jour, les explosions, les échanges de tirs et les points de contrôle sauvages transforment un peu plus la vie des habitants en enfer. Nadia et Saïd doivent se cacher pour vivre leur passion naissante, mais l'escalade de la violence finit de les transformer en prisonniers et les pousse à tout tenter pour partir, jusqu'à emprunter l'une de ces portes mystérieuses dont on dit qu'elles ouvrent sur l'occident…

Avec cette histoire d'amour poignante sur fond d'exil et de crise migratoire, Mohsin Hamid nous prouve par don inventivité de conteur qu'un sujet d'actualité n'exclut pas la poésie ni même la magie. Une fable contemporaine et intemporelle.

Mon avis sur ce livre :

Beaucoup de surprises et beaucoup d'émotions aussi avec ce roman d'un auteur que je ne connaissais pas mais que je souhaitais découvrir depuis un petit moment. Je savais ce roman présent dans les listes de nominations de nombreux prix dont celle du Man Booker Prize que j'attends toujours avec une certaine impatience mais je ne souhaitais pas en savoir davantage. Je préfère découvrir un roman par moi-même plutôt qu'à travers le regard des autres lecteurs et j'évite généralement les chroniques des blogueurs ou des youtubers tant que je n'ai pas lu le livre en question. Pour Exit West je savais simplement que c'était une histoire d'amour dans un pays en guerre quelque part au Moyen-Orient mais en réalité c'est bien plus que ça.

L'auteur a su, par la construction de son récit et de ses personnages, en faire une histoire totalement universelle et hors du temps. Exit West pourrait se passer dans n'importe quel pays en guerre, entre un homme et une femme que tout semble séparer au départ. Alors oui on pense à la Syrie, à l'Irak ou aux révolutions du printemps arabe, à tous les bouleversements qui ont eu lieu ces dernières années dans ces parties du monde, on pense à la montée de l'intolérance et des intégrismes de tout bord mais ce court roman met en lumière bien plus que cela. Il amène le lecteur à revoir ses perspectives, à se questionner sur ses propres priorités… Est-ce que je pourrai prendre de tels risques pour quelqu'un que je viens de rencontrer, est-ce que je serai prêt à quitter mon pays et à laisser des gens que j'aime derrière moi, est-ce que l'inconnu vaut mieux que la lutte au quotidien et la résistance passive auprès de son peuple ? C'est un livre qui développe de nombreux thèmes : l'amour, l'exil, la fuite, les migrants, l'abandon, le deuil, la séparation, la religion, l'intégration dans un autre pays… Comment faire le deuil d'une vie qui semblait toute tracée, le deuil d'un parent, le deuil d'une relation ? Comment réussir à se sentir chez soi dans un pays qui n'est pas le nôtre ?

J'ai beaucoup aimé l'intensité de ce récit et cette écriture magnifique où chaque mot est à sa place et d'une justesse incroyable. Cela donne de l'ampleur à l'histoire alors que le roman n'est pas très long. Les personnages sont attachants et j'ai apprécié qu'ils ne deviennent pas des clichés ou des catalyseurs de tout ce qui peut être véhiculé sur les migrants et l'exode. D'ailleurs dans ce livre, pas de traversée sur des bateaux de fortune ou de périples interminables sur les routes, mais une odyssée magique à travers des portes qui vous mènent d'un lieu à un autre sans que vous connaissiez votre destination. Et pour tous les candidats au départ il y aura une part de hasard, un soupçon de chance, une dose d'inconscience et de courage. Finalement cela reste très universel, peu importe le moyen de transport ; le risque, la peur, les mauvaises rencontres, la mort pour certains et la renaissance pour d'autres font partie de l'histoire…

Je remercie Babelio et les éditions Grasset pour ce très beau voyage et la rencontre de Nadia et de Saïd.

Posté par Ikebukuro à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 13 janvier 2018

Penguin Bloom

Penguin_couv

Cameron Bloom et Bradley Trevor Greive – Penguin Bloom – Editions JC Lattès – 212 p. – Traduction Carole Delporte

Présentation de l'éditeur :

L'incroyable amitié entre une famille frappée par le malheur 
et une pie hors du commun.

Les photos de la pie Penguin et de sa famille ont charmé le monde entier. Et elles ont tant à raconter !

Tout commence par un terrible accident. Lors d'un voyage en Thaïlande avec son mari et leurs trois garçons, Sam Bloom fait une chute vertigineuse et se retrouve entièrement paralysée. A son retour en Australie, cette femme jusque-là très sportive perd goût à la vie. Mais l'irruption d'une petite pie, Penguin, tombée de son nid non loin de la maison des Bloom, va les aider à traverser cette épreuve.

La joie incroyable que l'oiseau secouru procure à Sam et à ses proches montre à quel point l'amour et l'entraide sont cruciaux dans les moments difficiles.

Mon avis sur ce livre :

"Les anges se cachent sous les formes les plus étranges".

Cette phrase résume à elle seule tout le livre et donne le ton de la formidable histoire que nous raconte cette famille, sauvée de l'indicible par cette petite pie tombée de nulle part.

Récit d'un témoignage, poignant, tendre, plein de larmes et de sourires, ce livre se découpe en trois grandes parties. Dans un premier temps, c'est Cameron le père de famille qui nous raconte son histoire : sa rencontre avec Sam, leur vie de voyageurs, la naissance de leurs enfants puis le drame, la chute suivie du silence, la peur, la souffrance… C'est Sam qui perd le goût de vivre et qui n'arrive plus à s'en cacher vraiment. C'est Sam, la sportive, la femme pleine de vie qui s'éteint peu à peu sous les yeux de toute la famille. Rien ne semble pouvoir les aider jusqu'au jour où une petite boule de plumes entre dans leur vie…

Cette seconde partie nous raconte l'arrivée de Penguin et sa vie au sein de la famille Bloom à travers une série de textes et de photos. Penguin est libre, elle évolue à sa guise dans la maison et n'est pas la dernière à faire des bêtises. En réalité, c'est la benjamine de la famille, d'ailleurs elle s'appelle Penguin Bloom ! A la fois drôles, touchantes, poétiques et tendres les photos apportent une compréhension particulière au récit. On réalise beaucoup plus la complicité qui s'est créée entre Penguin et Sam, lors des séances de rééducation de cette dernière notamment où Penguin donne de la voix pour l'encourager. Cette petite pie a réussi à détourner Sam de sa souffrance et lui a redonner l'envie de se battre. Alors oui, Penguin Bloom a sauvé sa famille de l'inacceptable en redonnant à Sam le goût de vivre !

La troisième et dernière partie nous donne des nouvelles de la famille Bloom et de Penguin qui a appris à voler de ses propres ailes. La vie reprend son cours, bien sûr tout n'est pas rose mais les progrès accomplis sont énormes et les rires résonnent à nouveau dans la maison. Mais les pages les plus intéressantes sont celles de Sam qui à travers un message personnel à la fin du livre tient à nous raconter avec ses mots la façon dont elle a affronté sa situation, le regard des autres, la souffrance au quotidien, la dépression… Mais surtout elle donne des conseils et des astuces pour tous ceux qui seraient amener à rencontrer une situation du même genre, en racontant avec franchise tout ce qui lui était insupportable, la pitié, les phrases bateau, la gêne des amis… jusqu'à faire le vide autour d'elle pour se recentrer sur un petit noyau de proches. Avec lucidité et franchise, elle parle de son handicap, de sa famille, de sa lutte au quotidien contre le découragement, de sa colère, de sa jalousie parfois envers les valides, mais aussi de son optimisme par rapport aux progrès de la médecine.

J'ai beaucoup aimé ce livre, témoignage bouleversant d'une rencontre extraordinaire avec un ange tombé du ciel et qui un jour va retrouver ses ailes ! Je remercie Babelio et les éditions JC Lattès pour m'avoir permis à moi aussi de rencontrer Penguin Bloom.

Posté par Ikebukuro à 09:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 19 novembre 2017

La bibliothèque de Mount Char

mountchar_couv

Scott Hawkins – La Bibliothèque de Mount Char – Editions Denoël – 475 p. – Traduction Jean-Daniel BREQUE

4ème de couverture :

Un dieu qui manque à l'appel.
Une bibliothèque qui renferme les secrets de l'univers.
Une femme, prise dans une course folle, qui perd de vue son propre cœur.

Carolyn était une jeune américaine comme les autres. Mais ça, c'était avant. Avant la mort de ses parents. Avant qu'un mystérieux personnage, Père, ne la prenne sous son aile avec d'autres orphelins. Depuis, Carolyn n'a pas eu tant d'occasions de sortir. Elle et sa fratrie d'adoption ont été élevés suivant les coutumes anciennes de Père. Ils ont étudié les livres de sa Bibliothèque et appris quelques-uns des secrets de sa puissance. Parfois, ils se sont demandés si leur tuteur intransigeant ne pourrait pas être Dieu lui-même.

Mais Père a disparu – peut-être même est-il mort – et il n'y a maintenant plus personne pour protéger la Bibliothèque des féroces combattants qui cherchent à s'en emparer.
Carolyn se prépare pour la bataille qui s'annonce. Le destin de l'univers est en jeu, mais Carolyn a tout prévu. Carolyn a un plan. Le seul problème, c'est qu'en le menant à bien elle a oublié de préserver ce qui fait d'elle un être humain.

Avec une galerie de personnages mémorables et une intrigue qui vous réserve plus d'une surprise, La Bibliothèque de Mount Char est à la fois terrifiant et hilarant, étrange et humain, visionnaire et captivant. Un roman qui marque l'entrée en scène d'une voix nouvelle dans le monde de la fantasy. 

Mon avis sur ce livre :

Attention OVNI ! Difficile de parler de ce roman qui en rappelle beaucoup d'autres mais qui ne ressemble à aucun… Pour donner quelques pistes et une idée de ce à quoi peut s'attendre le lecteur, comment ne pas penser à "American Gods" de Neil Gaiman – que pour ma part je n'avais pas du tout aimé – et à la série "Les princes d'Ambre" de Roger Zelazny – que j'ai appréciée mais au milieu de laquelle je suis restée bloquée par manque de temps.

A travers le destin de ces enfants, l'auteur s'en donne à cœur joie : clin d'œil à la littérature du genre, mondes parallèles, chaos organisé, batailles mémorables, personnages déjantés… les clichés sont légions mais dans une sorte de frénésie jubilatoire qui laisse le lecteur essoufflé, hagard mais tellement heureux au bord de la route. Entre le thriller fantastique où la magie côtoie la religion et le mystique et le grand guignol sanglant et violent, on sent que l'auteur se régale à noyer les pistes et à nous présenter ses personnages tous plus tordus les uns que les autres. Pas vraiment de normalité dans ce roman, la normalité ressemble plutôt à des scènes tirées du film The Truman Show. Entre humour et galerie de portraits atypique et bizarre on se retrouve entre Freaks et les Monty Pythons mais quel bonheur ! 

Rien de nouveau dans la thématique, puisque l'on est dans la relation entre les Dieux et les hommes mais la façon dont l'auteur nous entraîne dans son délire est époustouflante. Du début à la fin, le lecteur se retrouve embringué, presque malgré lui dans cette course de près de 500 pages où la violence la plus crue se confronte à l'humour le plus noir et grinçant. On peut se sentir perdu par moment, dérouté, énervé de se faire mener par le bout du nez mais au final, cela fait vraiment du bien de se faire bousculer dans sa lecture et rares sont les romans qui font vraiment cet effet.

J'ai mis du temps à faire cette chronique car je dois avouer que je ne savais pas trop par quel bout la prendre… tant ce roman est surprenant, inclassable, ne ressemble à aucun autre. Je suis consciente que certains détesteront, d'autres seront bluffés. Pour ma part je n'ai qu'un conseil : lisez-le, faites-vous votre propre avis !

Je remercie Babelio et les éditions Denoël pour cette découverte. Encore un auteur à suivre !

mercredi 1 novembre 2017

David Bowie n'est pas mort

dbnestpasmort_couv

Sonia David – David Bowie n'est pas mort – Editions Robert Laffont – 174 p. - #MRL17

4ème de couverture : 

"Ma mère est morte. Mon père est mort. David Bowie est mort. Ce ne sont pas uniquement de mauvaises nouvelles."

A un an d'intervalle, Anne, Hélène et Emilie perdent leur mère, puis leur père. Entre les deux, David Bowie lui aussi disparaît. Dans l'enfance d'Hélène, la "sœur du milieu", le chanteur a eu une importance toute particulière, dont le souvenir soudain ressurgit. Alors, elle commence à raconter…

Sur les thèmes inépuisables de la force et de la complexité des liens familiaux, de la place de chaque enfant dans sa fratrie, voici un roman d'une déconcertante et magnifique sincérité. 

Mon avis sur ce livre :

Comment aborder le deuil sans pathos ? Comment faire face à la perte, à l'absence, aux souvenirs qui affluent ? Plus qu'un livre sur le deuil et la perte des êtres chers, c'est aussi une formidable histoire de sœurs que l'auteur nous raconte. Comment trouver sa place dans une fratrie, particulièrement quand on est la "sœur du milieu" ? C'est ce qu'Hélène nous explique à travers ces lignes en s'interrogeant sur sa vie, sa famille, ses souvenirs…

A travers la maladie, le deuil, la séparation, le récit d'Hélène, nous offre une plongée dans l'intimité de sa famille et analyse tout en finesse les relations développées entre ses membres : une mère plutôt distante qui a tendance à diviser pour mieux régner, un père adoré qui semble immortel, trois sœurs qui vont réussir à faire bloc face à la maladie de leurs parents.

Finalement ces deuils sont un peu les nôtres. Ils nous questionnent sur nos propres relations familiales, sur notre propre capacité à affronter l'absence, la mort, la maladie. Des sujets graves et essentiels qui sont ici traités d'une façon que j'ai particulièrement aimée. Car si le sujet est douloureux, l'auteur a su trouver les mots justes pour dédramatiser ces moments de chagrins et de perte. Sonia David emploie un ton plutôt humoristique pour nous parler de la perte de ses parents "En France, la mort requiert un nombre inimaginable de preuves. Le cercueil suffit ? N'y pensez même pas. Et je me dis que c'est peut-être pour ça qu'a été créée l'application Excel (bénie soit-elle), pour aider les gens à organiser les preuves de disparition de leurs proches : Anne dit qu'elle va faire un tableau récapitulatif, ce qui, logiquement devrait simplifier la vraie mort de la vie de maman." Avec ce ton décalé, qui nous oblige à sourire, et cette lucidité face à l'absurdité de certaines situations, l'auteur réussit le tour de force de dédramatiser la mort.

J'ai beaucoup aimé ce roman qui traite de la perte d'un proche, de l'absence, de la maladie, de la complexité des relations familiales avec légèreté et tendresse et qui nous fait prendre conscience que faire face au deuil nous apprend souvent beaucoup sur nous-mêmes et sur notre rapport aux autres et à l'essentiel.

Posté par Ikebukuro à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 26 octobre 2017

Le dernier des yakuzas

yakuzas_couv

Jake Adelstein – Le dernier des yakuzas – Editions Marchialy – 363 p. – Traduction Cyril Gay

4ème de couverture :

Splendeur et décadence d'un hors-la-loi au pays du Soleil-Levant

Jake Adelstein en a bien conscience : il ne s'en sortira pas vivant sans aide. Après avoir écrit un article sur Tadamasa Goto, il a tout le Yamaguchi-gumi à ses trousses. Partant du vieux principe selon lequel "les ennemis de mes ennemis sont mes amis", Jake Adelstein engage un ancien yakuza, Saigo, qui appartenait à la branche ennemie de Goto. En échange ? Jake doit écrire la biographie de son protecteur. A partir de la vie de cet homme qui a connu l'âge d'or des yakuzas, il dresse une fresque épique de la mafia japonaise, des années 1960 à nos jours. C'est Le Parrain au pays du Soleil-Levant, cela commence sur fond de tatouages sophistiqués et se termine dans les milieux de la finance. Entre-temps, les yakuzas ont perdu leur sens de l'honneur.

Mon avis sur ce livre :

Après Tokyo Vice et sa descente dans les bas-fonds tokyoïtes du côté des journalistes et de la police, Jake Adelstein nous entraîne cette fois-ci au sein de la mafia japonaise et de ses familles à travers les yeux et la vie de Saigo qui gravira tout au long de sa vie les échelons de la hiérarchie mafieuse jusqu'à sa chute au sein de l'organisation et le déclin de cette dernière.

Encore une fois, l'auteur plonge son lecteur au cœur du Japon, de ses zones d'ombre, de ses failles et à travers les arcanes de cette économie souterraine que l'on retrouve à tous les niveaux de la société japonaise. Encore une fois, l'auteur nous dévoile de l'intérieur, les codes, les rites, la complexité de ces familles mafieuses, leur présence au sein des plus grandes entreprises et leur implication dans la politique de la société nippone : "Le Japon possède deux gouvernements. L'un est public et l'autre est celui qui donne les ordres aux institutions publiques : c'est le gouvernement de l'ombre." comme l'explique le réalisateur Takeshi Kitano. Encore une fois, j'ai été tenue en haleine du début à la fin par ce livre qui se lit comme un roman policier.

La force de Jake Adelstein, que ce soit dans Tokyo Vice ou dans ce livre, c'est de savoir rendre ses personnages attachants. Bien sûr on sait que ce sont des tueurs, des trafiquants de drogues d'une violence inouïe, mais l'auteur réussit à les humaniser voire à les rendre sympathiques, certains étant plus proches des "Tontons flingeurs" que du "Parrain". J'ai beaucoup aimé le personnage de Saigo, ses contradictions, son code d'honneur. Saigo qui se désole de voir les yakuzas devenir de simples petites frappes sans foi ni loi, n'hésitant plus à agresser des passants contrairement aux règles instituées au sein de la mafia "Vols, braquages, agressions sexuelles ou toute activité s'écartant de la noble voie sont proscrites". J'ai trouvé cette histoire particulièrement intéressante, à travers la vie de Saigo ce sont les 50 dernières années de la société japonaise et de son évolution que l'on découvre. Comment la volonté politique d'essayer de purger l'économie de l'argent des yakuzas a précipité le déclin de ces derniers. En instaurant les lois de 2009 qui sanctionnent et criminalisent les sociétés impliquées avec les yakuzas, le gouvernement japonais a clairement affirmé sa volonté de mettre un frein à la mainmise des familles mafieuses sur l'économie japonaise. Depuis cette date, tous les contrats commerciaux doivent comporter une mention indiquant que leur société n'a aucun lien avec la mafia, cela se répercute à tous niveaux de la vie quotidienne. Pour la location de voiture, d'un appartement, la réservation d'un hôtel, l'achat d'un téléphone… une case mentionne "je n'appartiens pas au crime organisé". Si vous mentez sur ce point, n'importe quel employé peut appeler la police qui vous arrête pour parjure. Autant dire que la vie peut vite devenir très compliquée… Si cette loi a malgré tout ses limites elle a sans doute été l'une des mesures les plus importantes de ces dernières années pour lutter contre le crime organisé et a précipité la chute des familles mafieuses et le déclin du nombre de ses membres. Saigo en est bien conscient et réalise assez vite qu'il va falloir qu'il se trouve une porte de sortie lui permettant de garder la face et de protéger sa famille quitte à y laisser sa vie… Une très bonne lecture qui permet de découvrir de l'intérieur le monde si particulier et étonnant des yakuzas.

Jake Adelstein étant journaliste, son style est concis, précis, dynamique, direct. Le livre se découpe en chapitre assez courts qui viennent rythmer et structurer le récit. L'on retrouve régulièrement des phrases et des noms en japonais mais ces derniers s'intègrent parfaitement dans le récit et donnent un côté immersif au texte.

Je conseille vraiment ce livre à tous ceux qui aiment le Japon et qui souhaitent découvrir un autre aspect de ce pays surprenant et plein de contrastes. Je remercie Babelio et les éditions Marchialy pour m'avoir permis de continuer mon voyage au sein d'une société japonaise méconnue. Et puis comme toujours avec cet éditeur, il faut noter le soin particulier apporté au choix du papier, aux typographies, à la mise en page.

Posté par Ikebukuro à 11:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 5 septembre 2017

La nature des choses

naturedeschoses_couv

Charlotte Wood – La nature des choses – Editions du Masque – 280 p. – Traduction Sabine Porte

4ème de couverture :

Dix femmes emprisonnées au milieu du désert australien. Dix femmes au crâne rasé, vêtues d'habits étranges. Trois geôliers, vicieux et imprévisibles, pour les surveiller. Un jour, la nourriture vient à manquer. Pour elles comme pour eux. Et les proies se changent en prédatrices.

Mon avis sur ce livre :

Yolanda, Varla, Hetty, Leandra, Barbs, Rhiannon, Joy, Lydia, Izzy, Maitlynd, 10 jeunes femmes kidnappées, séquestrées au milieu du busch australien, 10 jeunes femmes qui ne possèdent plus que leurs noms autrefois célèbres, 10 jeunes femmes à qui on a tenté de retirer toute humanité. Roman atypique, déroutant, intime et dérangeant, La nature des choses nous abandonne à la limite de la folie qui guette chacune d'entre elles, nous ramène à notre instinct le plus primitif : la survie et nous laisse pantelant au bord du monde. Sombre et cauchemardesque, ce roman nous plonge au cœur de nos peurs primales, la peur de mourir, la peur du rejet, de l'abandon, un plongeon dans l'inconnu le plus total où tout ce que l'on connaît tend à disparaître. Dès la première page du roman, on est plongé dans l'intrigue, happé par la situation cauchemardesque de cette fille qui se réveille, perdue, sans repères, au milieu du désert et qui ne connaîtra plus qu'une chose à partir de là : la lutte pour survivre.

Seuls, certains personnages sont mis en avant dans l'histoire au détriment des autres. Pourtant elles sont 10… Toutes auraient mérité que l'on s'intéresse à leur sort, à leur vie, à leurs peurs mais j'avoue que je ne me souviens même pas de certaines contrairement à Yolanda, Varla et Hetty qui m'ont particulièrement marquée. Peut-être parce que pour chacune d'entre elle le sacrifice est poussé à l'extrême sous différentes formes. Pour les autres, tout au long du livre j'ai eu le sentiment que finalement elles finissaient par s'habituer à leur sort. Elles me faisaient penser à ces chœurs antiques qui chantent les morts et les vivants à l'arrière-plan de la scène.  

Pour les lecteurs qui auraient peur de se retrouver dans une sorte de récit gore, rempli d'hémoglobine, ici pas de grosses scènes d'horreur, de sévices insoutenables mais une violence psychologique constante et insidieuse que l'auteur distille tout au long du récit.

J'ai terminé ce livre il y a quelques jours et je n'arrive toujours pas à savoir si j'ai aimé ma lecture ou pas. Oui j'ai aimé le livre, l'intrigue, les personnages, le suspens créé par l'auteur mais est-ce que j'ai aimé ma lecture ? Est-ce que j'ai apprécié ce malaise constant, ce dégoût ressenti face à ce vol d'humanité ? Est-ce que j'ai apprécié que certaines tentent d'utiliser la sexualité de leurs sœurs comme un moyen d'arriver à leurs fins ? Beaucoup de questions sans réponses pour un livre que j'ai trouvé captivant, avec une tension constante du début à la fin.

Je remercie Babelio et les Editions du Masque pour cette belle découverte. Je dois avouer que je n'aurai pas forcément choisi ce roman chez mon libraire mais je ne regrette pas de m'être laissée embarquer.

Posté par Ikebukuro à 20:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 16 août 2017

Les fantômes du vieux pays

lesfantomes_couv

Nathan Hill – Les fantômes du vieux pays – Editions Gallimard – Collection du monde entier – 720 p – Traduction Mathilde Bach

Résumé de l'éditeur :

Scandale aux États-Unis : le gouverneur Packer, candidat à la présidentielle, a été agressé en public. Son assaillante est une femme d'âge mûr : Faye Andresen-Anderson. Les médias s’emparent de son histoire et la surnomment Calamity Packer. Seul Samuel Anderson, professeur d’anglais à l’Université de Chicago, passe à côté du fait divers, tout occupé qu’il est à jouer en ligne au Monde d'Elfscape. Pourtant, Calamity Packer n’est autre que sa mère, qui l’a abandonné à l’âge de onze ans. Et voilà que l’éditeur de Samuel, qui lui avait versé une avance rondelette pour un roman qu’il n’a jamais écrit, menace de le poursuivre en justice. En désespoir de cause, le jeune homme lui propose un nouveau projet : un livre révélation sur sa mère qui la réduira en miettes. Samuel ne sait presque rien d’elle ; il se lance donc dans la reconstitution minutieuse de sa vie, qui dévoilera bien des surprises et réveillera son lot de fantômes.

Des émeutes de Chicago en 1968 au New York post-11-Septembre en passant par la Norvège des années quarante et le Midwest des années soixante, Nathan Hill s’empare de l’Amérique d’aujourd’hui et de ses démons et compose avec beaucoup d’humour une fresque aussi ambitieuse que captivante.

Mon avis sur ce livre :

J'avais déjà repéré ce livre chez les anglo-saxons et j'étais déjà très tentée… Dès les premières pages, j'ai su que j'allais aimer ce roman, je ne savais pas pourquoi mais c'était une évidence. Il y a des romans qui vous embarquent tout de suite. Malgré ses 720 pages, ce fut une lecture fluide, jubilatoire, étonnante avec des personnages que l'on aime détester et que l'on déteste aimer et une intrigue qui entraîne le lecteur à travers les méandres de l'histoire et de la société américaine.

Les personnages sont particulièrement bien travaillés, l'auteur s'attache à mettre en place une évolution psychologique de chacun d'eux en fonction de l'avancée de l'histoire et de ses rebondissements. Samuel le personnage principal m'a vraiment intéressé, il traverse l'intrigue avec une sorte de nonchalance inquiète assez surprenante que j'ai beaucoup aimée.

J'apprécie beaucoup les romans qui semblent partir dans tous les sens pour finir par former un tout cohérent et pensé. Ce qui est le cas dans ce livre. Les premiers chapitres peuvent sembler déroutants, car l'on passe d'un personnage à un autre, sans trop comprendre où l'auteur veut en venir, mais le lecteur devine que chacun aura sa place et son rôle à jouer et par la suite on navigue d'une époque à une autre avec la même aisance. Du passé au présent, de la grande à la petite histoire, du fait divers à la tragédie, l'auteur décrit de façon tendre et caustique la vie de Samuel, professeur désabusé qui s'échappe de son morne quotidien dans un jeu de fantasy en ligne jusqu'au jour où un coup de téléphone vient bouleverser sa routine et le ramène des années en arrière au milieu des souvenirs de son enfance, de ses premières amours et de Faye, cette mère qui semblait si détachée de tout.

Histoire familiale doublée d'une sorte de drame politico médiatique, Les fantômes du vieux pays nous entraînent au cœur d'une fresque de l'Amérique où les personnages se noient dans leur passé et dans leurs drames personnels pour les ancrer aux drames de l'histoire : de la perte d'un proche, de la souffrance d'un enfant aux émeutes de 68. Nathan Hill à travers ce roman a su traiter de main de maître les vies et les espoirs de plusieurs générations, les relations familiales et les errances d'une société en pleine mutation. Il a réussi à analyser en profondeur les sentiments de ses personnages, qu'ils soient à l'avant plan en qu'ils jouent des rôles secondaires dans l'histoire.

Dans un style fluide et précis, avec cette richesse d'émotions, cette créativité constante, Nathan Hill nous enchante et nous bouleverse tout au long de ces 720 pages. J'avoue que je suis proche du coup de cœur, mais j'ai trouvé qu'il y avait une petite baisse de régime en toute dernière partie avec quelques longueurs.

Je remercie Babelio et les éditions Gallimard pour ce très beau roman et la rencontre d'un nouvel auteur à suivre.

jeudi 29 juin 2017

Vadim Le plaisir sans remords

vadim_couv

Clément Ghys – Vadim Le plaisir sans remords – Editions Stock – 260 p.

4ème de couverture : 

Le nom de Roger Vadim est associé à des films lm, Et Dieu créa… la femme, Les Liaisons dangereuses 1960 ou Barbarella, et surtout à des actrices, Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Jane Fonda… Ces femmes, il les a aimées et propulsées vers la célébrité. Avec elles, le réalisateur a choqué la morale de l'Europe de l'après-guerre, ouvert la voie à la Nouvelle Vague, incarné une dolce vita à la française et imaginé un érotisme populaire aujourd'hui suranné.

De l'effervescence de Saint-Germain-des-Près aux plages de Saint-Tropez, des plateaux de tournages romains à Malibu, Vadim s'est inventé un destin avec désinvolture, croisant Brando, Sagan, Mitterand, Godard, Warhol…

Clément Ghys raconte ce personnage romanesque né en 1928, mort en 2000. Avec un regard contemporain, il interroge notre nostalgie pour une époque où le plaisir se vivait sans remords. Un portrait intime.

Mon avis sur ce livre :

J'avoue que pour moi Vadim c'était avant tout le mari de Marie-Christine Barrault, même si je connaissais sa filmographie et les femmes de sa vie de très loin. Pour tout dire j'ai un vague souvenir de Barbarella avec Jane Fonda mais je suis certaine de ne pas avoir vu ses autres films. Comme je ne suis pas une très grande fan de Bardot l'actrice, et surtout de sa façon de parler à l'écran, je n'ai vu pratiquement aucun de ses films. A travers ce livre j'avais surtout envie de découvrir l'homme derrière le cinéaste mais je me suis très rapidement rendu compte que les deux étaient indissociables. Dans ce livre, Vadim vit avant tout à travers les femmes qu'il fréquente, ses ambitions, ses espoirs, ses fantasmes, se dessinent à travers la femme du moment, bizarrement il donne l'impression de ne pas savoir vivre tout seul, toujours en perpétuelle recherche d'approbation, malgré ses fanfaronnades et ses provocations de jeune mondain de St-Germain-des-Près.

J'étais un peu déçue en commençant ma lecture car j'aurai aimé en connaître un plus sur l'enfance de Vadim, j'ai trouvé que cette partie était vraiment survolée dans le livre et qu'elle aurait méritée d'être plus détaillée. On comprend toujours mieux quelqu'un quand on sait d'où il vient et là j'avoue être restée un peu trop sur ma faim par rapport à sa jeunesse, à sa famille et à ce qui l'a amené à être dans cette recherche perpétuelle de plaisirs faciles. La vie du jeune mondain de Saint-Germain-des-Près m'intéressait beaucoup moins, peut-être parce que ce n'est pas une période que j'aime particulièrement, et que les codes de l'époque ne me passionnent pas plus que ça. Bardot, St-Tropez, les décapotables, la dolce vita revisitée, Bonjour Tristesse… tout cela me semble un peu trop "clichés".

Ce qui m'intéressait par contre c'était comment des films, pas très bons, voire un peu ringards il faut bien l'avouer sont devenus ces films cultes encensés dans le monde entier. Ce qui m'intéressait c'était la magie qui a transformé cette petite jeune fille de bonne famille en cette créature sulfureuse qui danse pieds nus au son des percussions. Ce qui m'intéressait c'était de découvrir le gars un peu fou qui réussit à transformer cette jeune américaine, fille d'une institution du cinéma, en bombe de l'espace, tout cela entre les féministes et la censure de tout poil. La partie du livre que j'ai préféré c'est vraiment celle où Vadim se perd dans sa propre caricature, Hollywood devient son paradis perdu. Les filles sont toujours là mais les héros commencent à fatiguer et il est temps de rentrer. Mais Vadim n'est plus dans l'air du temps, au contraire il est "à côté de la plaque" comment le dit l'auteur et finit par tomber vaguement dans l'oubli. On le retrouve de temps en temps dans ces émissions nostalgiques sur le temps qui passe où il ne se souvient plus très bien ce qu'ils sont tous devenus, tous ces satellites de la petite bande de Saint-Germain-des-Près.

J'ai aimé ce livre, testament mélancolique d'une époque définitivement révolue, qui laisse flotter une certaine nostalgie douce-amère une fois le livre refermé. Je remercie Babelio et les éditions Stock pour cette parenthèse cinématographique.

Posté par Ikebukuro à 16:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 14 mai 2017

De velours et d'acier

veloursacier_couv

Georgia Caldera – De velours et d'acier – Victorian fantasy tome 2 -  Editions Pygmalion – 803 p.

4ème de couverture :

Dans les bas-fonds de Néo-Londonia, Léopoldine se bat depuis des années pour survivre. Lorsque le groupe auquel elle appartient maltraite un enfant, elle décide de se rebeller, quitte à affronter la colère de la Guilde des Voleurs. Dorénavant, elle ne laissera plus rien ni personne lui barrer la route.

Augustin, lui, a toujours mené une existence fastueuse et insouciante, résigné à subir en parallèle l’écrasante emprise de sa mère, la Reine Victoria au règne sans fin. Mais il tombe de haut quand, pour la première fois, il refuse de se conformer à ses plans aussi tortueux que mystérieux. Car, s’il est un prince dont la fonction n’est que titre, c’est lui. Le jeune homme devra résister et fuir pour s’affranchir du joug de la souveraine et embrasser sa destinée. 

Une rencontre qui pourrait bien tout bouleverser… mais la liberté ne s’obtient jamais sans sacrifice.

Mon avis sur ce livre : 

Avant toute chose j'aimerai préciser que même si c'est un tome 2 il peut se lire complètement indépendamment du premier tome qui concerne plus particulièrement des personnages qui vont apparaître de façon secondaire dans ce roman-ci.

Je dois dire que je ne savais pas du tout à quoi m'attendre avec ce roman mais j'adore l'univers Steampunk donc je partais plutôt confiante. J'avais un peu peur d'être dans un roman jeunesse bourré des clichés du genre mais pas du tout, même si l'on retrouve les ingrédients habituels de ce style de roman : action, romance, magie, intrigues et complots. Ce livre fut en réalité une très bonne surprise. J'ai vraiment apprécié le côté sombre de l'histoire et son univers très particulier. L'auteur malmène ses personnages du début à la fin en les confrontant aux horreurs du monde qui les entoure et à leurs propres démons car ces derniers sèment la mort autour d'eux, Léopoldine tue tous ceux qu'elle touche et Augustin saigne des serpents de sang qui dévorent ses ennemis de l'intérieur. Tout un programme !

J'ai beaucoup aimé les deux personnages principaux de cette histoire, particulièrement Léopoldine qui se bat constamment contre les horreurs de son passé et qui se trouvait destinée à une vie de mensonges et de peurs avant de rencontrer Augustin. Obligée de se travestir en garçon pour éviter les dangers qui la guettent, elle se rend compte quand elle rencontre Gabriel, un petit garçon sourd et muet qu'elle décide de prendre sous son aile, combien sa solitude et son isolement sont immenses. Comment aimer ses semblables alors que tout contact avec un être humain vous est interdit, comment s'aimer soi-même surtout, et ne pas crever de solitude ?

Augustin n'a rien à envier à Léo, débauché notoire, vivant dans le faste et le luxe de la cour de Néo-Londonia il lutte contre les cauchemars qui le hantent. Fils de la reine Victoria qui dirige sa vie d'une main de fer, Augustin n'aura de cesse de se libérer du joug de cette mère sans scrupules qui livre son propre fils à la vivisection et n'hésite pas à faire assassiner tous ceux qui viennent contrecarrer ses plans. Une seule solution s'offre à lui pour faire cesser ces horreurs : fuir le plus loin possible de ses bourreaux.

Une histoire sombre et sanglante où les personnages sont confrontés à leurs démons passés et présents, au propre comme au figuré, une histoire dense et complexe où complots et trahisons sont les maitres mots. J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman et la complexité des personnages. L'aspect que j'ai le moins aimé c'est peut-être l'aspect romance de l'histoire car j'ai trouvé que toute cette partie cassait un peu le rythme haletant du reste du récit mais d'un autre côté cela permet au lecteur de se poser et de ralentir entre deux retournements de situation. Un bon récit, intense et prenant qui reprend les codes du genre ! Petit plus appréciable : une playlist au début du livre qui permet de se plonger dans l'ambiance. 

Je remercie Babelio et Pygmalion pour m'avoir permis de découvrir Georgia Caldera et son univers si particulier. J'ai maintenant envie de découvrir le premier tome pour retrouver certains de ses personnages.

Posté par Ikebukuro à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 29 avril 2017

Dewey's 24 H Read-a-Thon - April 2017

Cette fois encore je participe au Dewey's Read-a-Thon qui a lieu deux fois par an (en octobre et avril). Vous pouvez trouver toutes les informations sur le site dédié.

Le but est de lire 24 H non-stop tous ensemble, où que l'on soit autour du globe. J'ai de la chance, je commence ce samedi à 14 h jusqu'à dimanche 14 h. Je vais donc pouvoir déjeuner avant de choisir mon 1er livre et j'ai fait mon ménage ce matin de bonne heure pour être tranquille.

Voici la pile de livres dans laquelle je vais piocher. Beaucoup de romans en français ou en anglais plutôt courts, cela donne l'impression d'être productive et quelques BD ou romans graphiques pour les heures plus difficiles cette nuit. 

deweyavril17

Généralement je fais une pause autour de 2 h du matin, je dors 3 ou 4 h avant d'entamer la dernière ligne droite.

J'ai fait le plein de gâteaux, chocolat, yaourts pour tenir le coup, je pense que ce soir je me ferai une soupe et pour demain midi j'ai du quinoa au curry pour déjeuner sur le pouce.

Snack Avril

Je serai principalement sur twitter pour ceux qui veulent me suivre.

Bon week-end à tous et à toutes !

mardi 11 avril 2017

Une mère

unemere_couv

Alejandro Palomas – Une mère – Editions du Cherche Midi – 310 p. – Traduction Vanessa Capieu

4ème de couverture :

Le roman qui a enflammé l'Espagne.

Barcelone, 31 décembre. Amalia et son fils Fernando s'affairent en attendant leurs invités. En ce dîner de la Saint-Sylvestre, Amalia, 65 ans, va enfin réunir ceux qu'elle aime. Ses deux filles, Silvia et Emma ; Olga, la compagne d'Emma, et l'oncle Eduardo, tous seront là cette année. Un septième couvert est dressé, celui des absents. 

Chacun semble arriver avec beaucoup à dire, ou, au contraire, tout à cacher. Parviendront-ils à passer un dîner sans remous ?

Entre excitation, tendresse et frictions, rien ne se déroulera comme prévu.

Alejandro Palomas brosse avec humour le portrait d'une famille dont les travers font inévitablement écho à nos propres expériences, et celui d'une mère loufoque, optimiste, et infiniment attachante. Une mère profondément humaine, à qui il reste encore quelques leçons à transmettre à ses grands enfants : au cours de cette longue nuit, secrets, mensonges, non-dits et autres révélations familiales vont éclater.

Mon avis sur ce livre :

J'ai ouvert ce livre sans avoir lu le résumé, mais la première ligne de la 4ème de couverture m'a suffi pour avoir envie d'en découvrir un peu plus. Ensuite la phrase en tête du premier chapitre m'a convaincue. C'est une phrase tirée du film The Hours d'après le roman de Michael Cunningham et prononcée par Virginia Woolf "On ne peut pas trouver la paix en évitant la vie, Léonard", The Hours est l'un de mes films coups de cœur. Dès les premières lignes de ce roman, j'ai su que j'allais aimer Amalia et son côté loufoque, ses réparties improbables et son humanité à fleur de peau. Je crois que ça faisait vraiment très longtemps que je n'avais pas autant ri (évitez de lire ce roman dans des endroits publics ou dans les transports en commun si vous ne voulez pas passer pour un fou ou une folle…). Tout au long de cette chronique familiale tendre et pleine d'humour, on passe continuellement du rire aux larmes grâce aux dialogues et aux personnages. Entre "Femmes au bord de la crise de nerfs" et "Tout sur ma mère", ce roman m'a fait penser à l'univers de Pedro Almodovar avec ses femmes fortes, ses personnages border line, hauts en couleurs, plein de tendresse et de failles qui nous ramènent à nos propres questionnements. Comment ne pas aimer Amalia et sa façon de mener sa barque sans y toucher ? Son sens de la répartie, sa justesse dans les sentiments malgré ce côté lunaire qu'elle cultive et son amour immense pour les gens, pas seulement pour ces enfants ou sa famille, mais pour le gamin au coin de la rue ou ses voisines. On peut penser qu'elle voit la vie avec des œillères et qu'elle vit au pays des Bisounours mais ça n'est pas si simple… Amalia a comme un trop plein d'amour qui transpire tout au long du livre. Elle trace son chemin, avec une volonté de fer pour apporter son aide à tous ceux qui en ont besoin et tant pis si ces derniers n'ont rien demandé. 

Les principaux points forts de ce livre sont les personnages et la façon dont l'auteur les a travaillés. D'un premier abord ils pourraient passer pour des caricatures avec la sœur névrosée, l'oncle célibataire coureur de jupon, le fils solitaire, la copine Ingrid complètement à l'ouest… mais c'est tout sauf ça ! Ces personnages se dévoilent tout en finesse, en demi-teintes, par petites touches qui apparaissent au fil des pages.

Le style est particulièrement vivant et dynamique grâce aux dialogues très présents. Les sorties d'Amalia quand elle veut changer de sujet sont à mourir de rire... et j'ai beaucoup ri en lisant ce livre. Pourtant ce n'est pas un livre humoristique, loin de là car les personnages sont cabossés, malheureux même s'ils cachent bien leur jeu et que personne n'est vraiment dupe… Il y a une telle humanité et tellement de tendresse dans ce livre qu'il est difficile de ne pas s'attacher à Amalia, Emma, Silvia, Fernando, Olga, Eduardo. C'est un livre qui fait du bien et qui vraiment m'a enchanté du début à la fin. Je laisserai pour finir la parole à Amalia "Vous savez quoi ? Vous le croirez ou non, mais hier je m'ennuyais tellement que j'ai pris un Efferalgan vitaminé."

Je remercie Babelio et les éditions du Cherche Midi pour cette belle découverte. 

Posté par Ikebukuro à 22:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 26 mars 2017

Inaccessibles - La tour aux mille étages

inaccessibles_couv

Katharine McGee – Inaccessibles – Tome 1 : La tour aux mille étages – Editions Michel Lafon – 411 p. – Traduction Isabelle Troin

4ème de couverture : 

Bienvenue à Manhattan en 2118

New York est à la pointe de l'innovation et du rêve. La ville est désormais une tour de mille étages où les plus aisés vivent à son sommet. Tout semble parfait, lisse et idéal.

Jusqu'au jour où une jeune femme tombe du millième étage…

Meurtre ou accident ? Les suspects sont nombreux. La belle et riche Eris, qui découvre un secret familial terrible ? Rylin, qui travaille pour un garçon des étages supérieurs ? Watt, qui espionne tout le monde grâce à une IA qu'il a créée ? Leda, qui cache une addiction ? Ou Avery, la plus parfaite de tous, qui habite le penthouse du millième étage ? Entre soirées débridées, glamour et petits secrets entre amis, la Tour aux mille étages va révéler ses mystères.

Plus dure sera la chute…

Mon avis sur ce livre :

J'avais déjà repéré ce titre sur les sites US car j'adore les livres chorales et les intrigues qui se passent dans un même lieu. Ici le terrain de jeux est vaste puisque les personnages disposent de mille étages pour s'en donner à cœur joie. Sachant que plus on est riche, plus on vit en hauteur et moins on a de chances de fréquenter les habitants des étages les plus bas. Difficile à partir de là de ne pas avoir l'impression d'être dans une sorte de Gossip Girl dystopique car tous les ingrédients sont réunis. Les filles parfaites, sans souci d'argent, fréquentant une école pour l'élite et où le paraître est beaucoup plus important que ce que l'on est. Le bad boy plein aux as, orphelin qui ne sait pas vraiment comment passer le temps (hello Chuck !), la fille parfaite un peu border line, celle qui a perdu sa mère et doit trimer pour s'en sortir et s'occuper de sa jeune sœur, le garçon sans argent mais super intelligent qui ne fait pas toujours les bons choix, amoureux de la fille parfaite… Bref vous l'aurez compris on est dans un page-turner où romance, thriller, coups-bas et personnages caricaturaux se mélangent allègrement.

Tout était finalement réuni pour faire une pâle copie des séries pour ados sans grand intérêt et plutôt convenue mais à ma grande surprise… j'ai adoré. Alors oui, je suis consciente que ça n'est pas franchement de la grande littérature et que l'on est face à pas mal de clichés… mais n'empêche, je me suis laissée prendre au jeu. Peut-être que j'étais simplement d'humeur à lire ce genre d'histoire, peut-être que j'avais envie de quelque chose de simple, de dynamique, d'un peu jubilatoire je l'avoue (car quelquefois je prends plaisir à deviner les rebondissements) mais ça fait du bien de temps en temps de lire un bon divertissement, sans se prendre la tête, et avec des personnages que l'on aime détester. J'ai beaucoup aimé l'univers de la Tour qui devient finalement un personnage à part entière et les trouvailles du quotidien : le maquillage (on ne se refait pas), la domotique, les déplacements qui mettent le monde à quelques minutes, le quotidien et le fait que malgré toutes cette technologie les aspirations des personnages sont les mêmes qu'aujourd'hui. Finalement le cœur humain n'évolue pas, il aspire à trouver l'amour, il est confronté à l'envie, à la jalousie, au deuil, à comment affronter la perte d'un être cher, la peur d'être différent… J'ai adoré le "personnage" de Nadia l'IA de Watt, j'aurai adoré qu'elle soit un peu plus présente tout au long du roman et qu'elle prenne un peu plus d'ampleur dans l'intrigue, voire peut-être qu'elle se rebelle ? Un bilan positif pour ce roman que j'ai vraiment apprécié tant au niveau de l'intrigue, que de l'univers créé par l'auteur, que des personnages même si ces derniers mériteraient d'être un peu plus travaillés afin qu'ils prennent de la consistance.

Finalement ce roman fut mon plaisir coupable du mois de mars et je remercie Livraddict et les éditions Michel Lafon pour ce bon moment de lecture.  Il me semble qu'il y aura une suite, déjà annoncée pour 2017 en VO.